Connect with us

POLITIQUE

A QUOI SERT L’OUTRE-MER ?

Published

on

Par Camille CHAUVET. Nous avons éditer un article au titre pourquoi la France ne veut pas quitter l’Outre-mer. Les commentaires de toutes sortes ont fusées. Pour les Français arrièrés et les peaux- noires et masques blancs de nos pays, nous devons tout à la France. Cette fois après nous, c’est la presse française qui fait le même constat.
Faut-il soupçonner le journaliste de l’EXPRESS d’être indépendantiste et raciste ?
LISONS ET QUE LA PAROLE CIRCULE
Source L’ EXPRESS . Par Pierre-Yves Lautrou, publié le 14/05/2009.

Trop chers ?

La crise antillaise et le référendum de Mayotte ont relancé en métropole le débat sur les DOM-TOM. Et ravivé les malentendus sur les « confettis de l’Empire ».

VOICI POURQUOI MALGRE LES APPARENCES
LA FRANCE N’A PAS INTERET A LES LARGUER

C’est une petite musique lancinante, qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Celle, par exemple, des commentaires laissés par d’anonymes internautes, sur les sites d’informations comme Lexpress.fr, au bas des articles consacrés aux conflits sociaux en Guadeloupe et en Martinique – « Faisons un référendum sur leur indépendance! » – ou évoquant la départementalisation de Mayotte – « C’est encore une fois l’argent du contribuable qui va être dilapidé ».

Celle, aussi, d’un sondage OpinionWay, publié par Le Figaro-Magazine du samedi 28 février -pendant la grève générale en Guadeloupe- selon lequel 51% des Français seraient favorables à l’indépendance de l’archipel. Celle, encore, de certains parlementaires – « de mon propre camp », soupire Yves Jégo – qui n’hésitent pas à interpeller le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer sur la nécessité de pousser Mayotte hors du giron tricolore…

En 2011, Mayotte deviendra le 101e département français. Ainsi en ont décidé 95,2% des électeurs qui se sont exprimés lors du referendum du 29 mars dernier.

Bref, avec un long et spectaculaire conflit aux Antilles et la création d’un cinquième DOM, sur fond de nouvelle loi et d’états généraux, et à quelques semaines de la visite de Nicolas Sarkozy aux Antilles – plusieurs fois ajournée, elle est désormais annoncée pour les 15 et 16 juin – la relation entre la métropole et ses outre-mer se trouve singulièrement chahutée. « Une prise de distance s’est faite, reconnaît Victorin Lurel, président du conseil régional de la Guadeloupe et député PS. L’opinion publique hexagonale est un peu désabusée.

J’ai le sentiment que l’on nous dit: ‘OK, on s’occupe de vous, mais foutez-nous la paix.’ Et le moindre mouvement social est mal pris. Finalement, la Corrèze avant le Zambèze, cela fonctionne toujours ! »

LE COUT UN DEBAT RACISTE

Un malaise renforcé par la situation difficile des territoires ultramarins. Alors que, selon l’Insee, le produit intérieur brut (PIB) par habitant s’élève à 30 140 euros en moyenne en métropole, il n’atteint que 19 111 euros en Martinique, 17 221 euros en Guadeloupe, 16 244 euros à la Réunion et 12 965 en Guyane.

Côté chômage, ce n’est pas mieux: au deuxième trimestre 2008 (dernières données disponibles) les quatre DOM affichaient des taux supérieurs à 20%, quand il s’élevait, à l’époque, à 7,2% en métropole, avec le triste record de l’Union européenne pour la Réunion (24,2%), et des statistiques apocalyptiques chez les jeunes (55,7% en Guadeloupe !).

Les autres collectivités d’outre-mer (Saint-Pierre-et-Miquelon, Nouvelle-Calédonie, etc.) font mieux, mais restent au-dessus de la moyenne nationale.

Les DOM cumulent d’autres handicaps: selon les chiffres 2008 de l’Observatoire national de la délinquance, Guadeloupe, Martinique et Réunion figurent parmi les 10 départements les plus violents. C’est aussi outre-mer que les niveaux de revenus sont les plus faibles et que la proportion de rmistes est la plus élevée (17,8% pour l’ensemble des DOM, contre 3,1% en métropole fin 2007), etc.

Si ces constats-là sont établis depuis longtemps, la crise antillaise de cet hiver a relancé le débat sur le coût de l’outre-mer. Mais la question est complexe.

L’effort total de l’Etat en faveur des territoires ultramarins s’élève, en 2009, à 16,7 milliards d’euros -dont 3,3 milliards d’exonérations fiscales. Un chiffre qui comprend les missions régaliennes que l’Etat mène dans tous les territoires de la République (justice, armée, éducation, etc.).

« Cela permet d’afficher un budget important pour les populations concernées, relève Jérôme Cahuzac, député PS et rapporteur du budget de l’outre-mer.

Mais si l’on retranche ces dépenses communes à tous les départements, l’effort spécifique de la collectivité en direction de l’outre-mer s’élève à quelque 7 milliards d’euros. Auxquels il convient d’ajouter les 850 millions -l’estimation vient du secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer- débloqués par l’Etat à la suite de la crise antillaise de cet hiver.

Alors, trop cher, l’outre-mer? Problème: il n’existe aucun chiffre officiel du même type pour les départements de l’Hexagone. Mais, pour Yves Jégo, le problème n’est pas là et la question a le don de l’agacer profondément.

ÇA COUTE CHER ÇA VEUT DIRE QUOI ?

A l’intérieur d’un même pays, ce genre de questions n’a pas de sens. A Paris, les dépenses de l’Etat par habitant sont bien plus importantes que dans de nombreux autres territoires, notamment pour les transports, l’université, la culture, la recherche… La Creuse aussi coûte cher, et on ne va pas la larguer !

Qui sait que Saint-Barth’ rapporte 5 millions d’euros à l’Etat par an? Ce n’est pas parce que vous êtes loin que vous êtes moins français: Saint-Martin l’était quatre-vingts ans avant la Franche-Comté, qui m’a vu naître. Ce débat sur le coût de l’outre-mer est un débat raciste, il faut avoir le courage de le dire ! »

Surtout, il montre à quel point la relation s’est inversée. Traditionnellement, les anciennes colonies réclamaient l’indépendance quand la métropole s’arc-boutait sur l’intégrité de l’Empire.

Désormais, les opinions se sont retournées: s’il annonce une majorité de Français favorable à l’indépendance de la Guadeloupe, le fameux sondage du Figaro-Magazine mesure aussi à quel point les Guadeloupéens, eux, sont attachés à la métropole, puisque 80% d’entre eux refusent l’indépendance.

LA MER UN ENJEU CONSIDERABLE

« Larguer » les départements et territoires d’outre-mer parce qu’ils coûtent cher -ce qui reste encore à démontrer- est donc un pur fantasme. Ne serait-ce que parce qu’il faudrait consulter les populations concernées. Et qu’à chaque fois qu’elles se sont prononcées elles ont écarté cette hypothèse.

En 2003, Guadeloupéens et Martiniquais ont ainsi repoussé la possibilité de fusionner leurs institutions départementales et régionales, préalable à un statut particulier. Au mois de mars, les Mahorais se sont massivement déclarés en faveur de la départementalisation de leur île, comme chaque fois qu’on leur a posé la question de leur appartenance à l’Hexagone ces dernières décennies.

Le conflit social antillais est venu rappeler la complexité des liens de l’outre-mer avec la métropole.

Le conflit social antillais est venu rappeler la complexité des liens de l’outre-mer avec la métropole.

Ce malentendu grandissant vient sans doute d’une question peu ou mal posée: à quoi sert l’outre-mer? Les réponses sont incroyablement nombreuses et variées. Mieux connues, elles permettraient de clore le débat.

Yves Jégo s’enflamme, par exemple, à l’évocation de la mer, « notre planète de rechange, un enjeu considérable ». Grâce à ces territoires, la France est le seul pays présent sur tous les océans du globe et peut revendiquer le statut de deuxième puissance maritime mondiale, avec une zone économique exclusive de près de 11 millions de kilomètres carrés. Anecdotique? Pas le moins du monde.
A quoi sert l’outre-mer?

« Pourquoi croyez-vous que les Russes s’amusent à aller planter leur drapeau au fond de l’Arctique, sous le pôle Nord?

Pourquoi le Canada réagit-il si vivement quand la France demande l’extension du plateau continental de Saint-Pierre-et-Miquelon?

Pourquoi Maurice revendique-t-elle l’île Tromelin, au large de la Réunion, et Madagascar les îles Eparses, dans le canal du Mozambique? », interroge l’amiral Olivier Lajous, conseiller défense du secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer.

Et le marin de rappeler que les fonds des océans recèlent des nodules polymétalliques, futures sources d’énergie, un domaine où la France est pionnière.

A l’heure du triomphe du développement durable, ce n’est pas en métropole que l’on trouve les territoires les plus avancés en la matière, mais à la Réunion. L’île, qui vise l’autonomie énergétique d’ici à 2030, fait figure de laboratoire à ciel ouvert pour les énergies renouvelables.

Quant à la Guyane, c’est un trésor de biodiversité – certes en péril- qui enchante les scientifiques. 80% de la biodiversité française est d’ailleurs logée outre-mer…

Même s’il arrive à la métropole de gaspiller parfois cette incroyable richesse: « L’Europe casse des bateaux de pêche et on ne peut plus pêcher le thon rouge en Méditerranée, note l’amiral Lajous.

Mais, pendant ce temps-là, les eaux de Clipperton regorgent de thon rouge qu’on laisse pêcher par les Mexicains gratuitement! »

Rentable l’outre-mer? Selon Yves Jégo, l’île de Saint-Barthélemy rapporterait chaque année 5 millions d’euros aux caisses de l’Etat.

Loin de Paris, ces territoires ont aussi de solides arguments géostratégiques à faire valoir: sans eux, pas d’essais nucléaires pendant des années à Mururoa, pas de lancement de fusée Ariane à Kourou, une moindre capacité de projection des forces armées, etc. Un exemple encore: grâce à la Réunion, la France siège à la commission de l’océan Indien, où elle retrouve discrètement des pays comme l’Iran et le Pakistan, avec lesquels le dialogue est facilité…

CES COLONISES QUI FONT LA FRANCE *

Enfin, il y a les hommes et les femmes d’outre-mer. Cliché ? Même pas.
Sans les ultramarins, pas de Césaire, de Chamoiseau, de Confiant; 11 médailles en moins – dont 7 d’or- à Pékin.

Et une équipe de France de football sortie en demi-finale de la Coupe du monde de 1998. « Parfaitement, assène, à peine pince-sans-rire, cet élu ultramarin: le sauveur des Bleus contre la Croatie, celui qui marque deux buts alors que la France est menée 1-0 s’appelle Lilian Thuram. Et il est guadeloupéen. » S’il ne fallait qu’un seul argument…

Cet article a été publié dans le magazine l’EXPRESS.

NDLR. A vos commentaires messieurs du Figaro.
*Ce sous- titre est de notre rédaction.

Auteur : Camille CHAUVET

Continue Reading
7 Comments

7 Comments

  1. Marierayne

    30 mai 2013 at 9 h 54 min

    Messieurs ,cette analyse rejoint l’article de monsieur Camille Chauvet qui était bien dans le contexte du mouvement social de février.D’ailleurs le texte de monsieur Chauvet à été un document remis à ses élèves en classe de première en 2004-2005.Je suis étudiante et cet article de l’express montre bien que notre prof avait une analyse objective,et je suis très contente car vous attaquez à tort ce monsieur qui en fait cultive la provocation.Là il doit se sentir musclé avec cet article de l’express que j’ai acheté pour conserver.Continuer Monsieur Chauvet, beaucoup de vos anciens élèves sont marqués à vie par leur passage chez vous et quand nous sommes parfois ensemble nous parlons de vous. Dehors … Dégage d’ici … Je forme pas des ptits nègres pour l’appareil productif français… Si vous ne voulez rien faire au lycée allez casser une maison faites quelque chose… Et vous êtes un déchireur de cahier mal tenu pourtant nous avions déjà 17 ans …Vous êtes trop monsieur Chauvet .Je reviendrais vous lire sur ce site.

  2. Cannibal_killah

    30 mai 2013 at 9 h 54 min

    Démonstration hors pair! On ne peut se perdre! L’intèrêt de l’Outre Mer est explicite! Merci d’éclairer nos lanternes!Votre site me ravit et réanime le flamme martiniquaise qui s’amenuisait en moi!Que dieu vous garde et garde la Martinique!

  3. SOLDAT

    30 mai 2013 at 9 h 54 min

    Les clameurs métros et autres se sont tus.Mais ne pas se préparer pour une guadeloupe-guadeloupéenne,une martinique martiniquaise… c’est se contenter de la rente coloniale que paie la France, se considérer comme une danseuse,autrement dit une putain entretenue. Ce choix beaucoup d’entre nous semble l’avoir fait.Nous sommes à l’ère des interdépendances et notre voisinage avec le Vénézuela de Hugo Chauvez doit nous servir.Toutes les formes de combat contre la présence française ne sont pas uilisées.Pourquoi pas la violence ? nous devons faire comprendre aux Français que s’ils n’admettent pas le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes les choses puevent se compliquer.Les militants au parler radical comme monsieur Chauvet doivent se mettre en tête que les soldats sont là.Mais chefs bavardent dans les télés,sur le net .Soit on se bat pour la Martinique les armes à la main,toutes les armes où on se tait.

  4. ROYTIWAY

    30 mai 2013 at 9 h 55 min

    Merci,merci,merci,merci,merci,Monsieur CAMILLE CHAUVET,mèci pou tou ca ou ka fé, man ni 50 ans, man pa fé en lo lécol, mè fout’ man ka pwendr’ épi wou,mém si ou pa la démin,ou fé en lo piti an divini,moin pa pè pou dèmin,pliss’ foss kiltiwel baw’Mèci,mèci,mèci,mèci.Nou pati pou rivé en jou.Depuis la naissance du Naif sur la toile,je suis accrocher.Camille Chauvet,Sé manmay’ péyi nou!Aime la Martinique et les Martiniquais,Que dieu vous garde et garde la Martinique! KMT , FM+ , cé ta nou.Pèp MATINIK FÖ

  5. SNOOP

    30 mai 2013 at 9 h 55 min

    Soldat,pa pè, ou twop chô,la pli bel la bay powko touché… ké ni toujou pitain et pi pitainn’ ké ka travail ba …YOman sav’ ké cé guèya la,é pa cé tahaa yo ka vwé a, mé pa chô Que dieu vous garde et garde la Martinique!Pèp MATINIK FÖ joué épyi i ké pwendUNABHÄNGIGKEIT,INDEPENDENCIA,INDEPENDANCE,Laguè nou mésié souplé man ka mandéNOU KAPABL’ BWILE AN KAY POU AN RAT’.Alors messieurs arrété avec votre cinéma,les petites phrases assassine de mass médias, qui tue le peuple Martiniquais:Assassin= Celui qui tue avec prémédition,qui est responsable de la mort d’un autre??? lè nou lé tué en chien, nou ka dyi i ni la rage,La rage est caractérisée par des phénomènes d’excitation,puis de la paralysie et enfin la mort, cé ca zot’ lé,cé ca zot’ ka chèché ,eh bien pa moin, NON, et NON.Nou pé dévlopé péyi nou!!! AIME LA MARTINIQUE ET LES MARTINIQUAIS .

  6. dani972

    30 mai 2013 at 9 h 55 min

    Et voilà une raison de plus de ne pas larguer l’outre-mer : ce serait dommage de se priver des talents d’un homme tel que Camille CHAUVET, objectif dans ses propos, respectueux des autres qui ne pensent pas comme lui, ayant créé à ce jour de nombreuses entreprises pour développer son pays qu’il aime tant…et fonctionnaire de l’état français qu’il dénigre à longueur de journée!Des espèces de cette sorte sont si exceptionnelles que la France doit tout faire pour les conserver!MDR!

  7. Duthie

    30 mai 2013 at 9 h 55 min

    Les moins intelligents pourront toujours faire un travail contreproductif sur ce site en prenant d’autre pseudo, dans le but de faire fermer site. Votre Web master devra etre plus vigilants, et publier les commentaires apres verifications; PS: Vous pouvez me contacter pour tout informations complémentaires postmaster@tdmi-labs.comA bientot

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

EDITO

ATV…un huitième redressement judiciaire ! Par Paul Véyatif

Published

on

By

Rédaction du Naïf: Des combines qui n’en finissent pas dans ce monde de la télévision ou les mêmes qui sabotent reviennent chaque fois. Mardi prochain est appelé à la barre du Tribunal de Commerce de Fort-de-France l’affaire de notre chaîne locale bien aimée ATV. Pour la 8ème fois consécutive ATV est encore une nouvelle fois en redressement judiciaire !!! Le milliardaire Suisse ou Luxembourgeois on sait plus… Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE actuel propriétaire d’ATV ne veux plus ou ne peux plus payer les factures…

Cette fois c’est la société SMART CONSULTING un cabinet Parisien avec son Président Monsieur Bernard CHAUSSEGROS homme d’affaire, homme politique candidat à l’investiture UMP et ancien Président débouté d’Euro Media France souhaite acquérir aujourd’hui l’entreprise ATV avec comme ticket d’accès Gilles CAMOUILLY ancien directeur d’antenne des programmes de France Ô et surtout ancien consultant de la chaîne de télévision Guadeloupéenne GTV aujourd’hui disparu.Quand on connait l’audience et les résultats de Gilles CAMOUILLY à France Ô ses dernières années qui pourtant gérait un budget de 30 Millions d’euros par an n’est pas arrivé à faire décoller l’audience de la chaîne qui est proche du Zéro absolu on se pose la question de la qualité de ses bons conseils et de sa capacité à gérer ATV ? Soit ! Et 1 et 2 et 3 Zéro…

Aujourd’hui Gilles CAMOUILLY  est porteur d’une carte de visite marquée d’un licenciement (Royal) de France Ô, doublée du rôle d’ancien consultant donneur de bons conseils à la chaîne GTV qui a néanmoins fait faillite un an après ses bons conseils. Il se positionne donc avec « ses bonnes idées » comme repreneur d’ATV mais sans reprendre les 16 journalistes qui produisent chaque jour l’information et les émissions locales de la chaîne !!! C’est dire que nous sommes loin « des feux de l’amour » entre ATV et l’agence WIPA qui emploi les journalistes…Accompagné de l’autre venu du froid Bernard CHAUSSEGROS ancien président d’Euro Media France, l’opinion publique  se demande comment feront-ils pour résorber les dettes d’ATV, surtout que dans les derniers comptes d’Euro Media France, leader des prestations audiovisuelles, qui était présidé par Bernard CHAUSSEGROS, pointent en effet un lourd passif de 100 000 000 € !!!

UN ENFUMAGE DE LA REDACTION !

ATV accuse une dette de plusieurs millions d’euros dont plus de 600 000 euros de factures impayés à l’agence WIPA Qui va payer ? Quelle entourloupe se met en place? Par le passé, Gilles Camouilly à son arrivé à France Ô a repositionné la ligne éditoriale de la chaîne et a entrepris ensuite un véritable nettoyage des dites « écuries d’Augias » et certaines collaborations surprenantes ont pris fin, dont le départ d’Eddy Murté. Autant dire que les journalistes d’ATV en stand by actuellement ne doivent pas bien dormir. Un nouvel enfumage se pointe et certaines en douce  quitte le navire. Cela sonne un peu comme la fin de la rédaction d’ATV, ou bien c’est peux être tout simplement un tour de passe-passe pour ne pas payer certaines factures, WIPA oui mais Woui Pa payé !!! Il y a de quoi se poser des questions quand on apprend que l’avocate de Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE n’est qu’autre que Maître CAMOUILLY la sœur de Gilles CAMOUILLY !!! Que vont décider les juges ? Affaire à suivre mardi prochain….

Sources

France Ô, la chaîne à 0 téléspectateur/http://www.lepoint.fr/medias/france-o-la-chaine-a-0-telespectateur-30-10-2014-1877001_260.php

France Ô, un amer cocktail/http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2014/12/12/france-o-un-amer-cocktail_4539881_1655027.html

France Ô se separe d’Eddy Murté/http://www.fxgpariscaraibe.com/article-eddy-murte-demissionne-de-france-o-80531259.html

Avignon : la société de Bernard Chaussegros perd de l’argent/http://www.midilibre.fr/2013/06/08/avignon-la-societe-de-bernard-chaussegros-perd-de-l-argent,712794.

 

Continue Reading

POLITIQUE

Alfred Marie-Jeanne sabote le transport TCSP  Par Jean-Marc  Fortuné

Published

on

By

Rédaction du Naïf : Président de Martinique Transport au conseil d’administration du 22 janvier 2018, il le dit entre les lignes. Le pauvre Louis Boutrin s’est ridiculisé en annonçant une ouverture de ce qui est devenu le monstre du Lochness kréol

LE DISCOURS DU SABOTAGE

« Je dois tout d’abord vous rappeler un certain nombre d’éléments qui sont prépondérants dans la décision que nous devons prendre sur ce dossier aujourd’hui. En ma qualité de Président de Région, j’ai toujours voté le budget primitif de la collectivité en décembre de l’année précédente.Pour l’exercice 2018, je n’ai pu le faire jusqu’à ce jour. Je vais le proposer au début d’avril 2018. La raison est simple, c’est que nous nous trouvons dans l’incapacité de l’équilibrer à cause d’un manque important de recettes et notamment la diminution des dotations de l’Etat, le transfert d’une partie du produit de notre fiscalité vers Martinique Transport et maintien des taux de fiscalité en l’état.

Je tiens à rappeler aussi que le projet de loi de finances 2018 a contraint les collectivités d’une certaine taille à prendre des mesures de mise en conformité de leur situation financière et comptable. En conséquence, augmenter la participation de la collectivité territoriale de Martinique au budget de Martinique Transport de 43 M€ à 70 M€, je préfère vous l’annoncer tout de suite : cela n’est pas possible ! A ce titre, il faudrait que chaque EPCI, représentée ici par leur président et par ailleurs, vice-président de Martinique Transport, prenne l’engagement d’augmenter leur contribution au budget de l’établissement pour l’exercice 2018.

A ma demande, des réunions de travail préparatoires sur la mise en service du TCSP et en prévision de notre séance du Conseil d’administration de ce jour ont été tenues les 11 et 12 janvier 2018. Une offre de service et une nouvelle grille tarifaire s’approchant des augmentations qui étaient censées être commandées par la CACEM en 2015 et 2017 lui ont été proposées. Ces informations vous ont été transmises pour examen aujourd’hui.

Parallèlement, des éléments d’explication quant au coût présenté pour la marche à blanc ont tenté d’être obtenus. Des questions précises ont été formulées par écrit à l’attention du délégataire et singulièrement de la CFTU. Sans grand succès. En retour, la réponse de la CFTU nous a transmis une nouvelle proposition et très peu de justificatifs ont été remis et il semble que pour tenter de comprendre les coûts annoncés, nous tournions en rond. Nous sommes toujours dans l’opacité. Suite à la marche à blanc, le délégataire annonçait un coût d’exploitation annuel de l’ordre de 13,5 M€ et un déficit de 12,78 M€.

Sur la base de l’offre de service travaillée et la nouvelle grille tarifaire, ce coût d’exploitation oscille maintenant entre 14 et 15 M€, et le déficit d’exploitation varie entre 13 et 14 M€. Les recettes sont plus que minorées, et ne tiennent pas compte du rabattement des passagers conduits par les taxis collectifs aux différents pôles d’échange. Ces charges étaient déjà insupportables pour Martinique Transport sur la base des coûts et du déficit de la marche à blanc, elles le sont encore moins avec la proposition technique et financière de la CFTU, avec des recettes minimalistes mais des dépenses bien maximisées. A titre d’exemple, ce ne sont pas moins de 104 personnels qui devaient être embauchés pour le fonctionnement des 2 lignes du TCSP suite à la marche à blanc. La nouvelle offre propose 14 recrutements supplémentaires, soit 10 chauffeurs et 4 électromécaniciens (on en est maintenant à 1 électromécanicien par bus !), c’est-à-dire 118 personnes que l’on devrait embaucher pour exploiter commercialement le TCSP.

Messieurs les Présidents de la CACEM, de l’Espace Sud et de Cap Nord, j’attends particulièrement vos positions sur ce dossier et vos propositions financières qui serviront à bâtir le budget primitif de Martinique Transport que nous devrons examiner au mois de mars prochain, pour respecter les statuts et qui devront s’inscrire dans la durée. En l’état, en ma qualité de Président de Martinique Transport, je refuse d’accepter ces offres. Fort-de-France le 22 janvier 2018 »

NDLR : Ce projet commencé par sa volonté mais inachevé et finalement mis en place par Serge Letchimy le rend fou. Pauvre Martinique .Heureusement que nous ne sommes pas un Pays indépendant avec à la tête un fou pareil.

 

 

Continue Reading

EDITO

L’assassin Coulibaly est la référence de Raphaël Confiant par Ti-kourilet

Published

on

By

Rédaction. TIKREOLKOURILET : Face d’ananas Raphaël Confiant disait dans montraykréol: « Il est vrai qu’il y a un an et demi, CHAUVET était déjà allé porté plainte à la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » sur les ondes d’une télé-poubelle locale, contre Raphaël CONFIANT au motif que ce dernier l’aurait « menacé de mort » !!! CONFIANT avait été traîné au commissariat de Fort-de-France où on lui avait pris photo de face et de profil, empreintes digitales et empreintes ADN en lui déclarant que s’il arrivait la moindre chose à CHAUVET, il serait le premier suspect. » Camille Chauvet avait porté plainte contre cette pompe à merde qu’est Raphaël Confiant qui menaçait de le « coulibaliser ». Coulibaly , c’est le nom du terroriste, assassin de la policière martiniquaise. Aujourd’hui, c’est le pseudo vertical aux mains pas encore lavées dans cette Parrot, Alfred Marie Jeanne qui fait intervenir la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » dans sa radio RLDM contre des salariés de la CTM. Ces travailleurs dénoncent un élu Louis Boutrin qui perd toutes mesures. C’est dans ce contexte que BNA, député maire de Sainte-Marie victimes d’insultes et menacé décide symboliquement de mettre dans un charnier  le ptit père Alfred et ses courtisans. Ce Confiant dans son blog MontrayChauvet dénonce BNA. Quel toupet !

CHARNIER ET COULIBALISER 

C’est ce même acnéique surpris en sauteur de brebis derrière la distillerie de son grand-père qui menaçait de  « coulibaliser » Camille Chauvet qui hurle contre Brunot Nestor Azérot .Ce dernier dans sa campagne électoral dit  vouloir mettre dans un charnier les insulteurs de la CTM et le premier d’entre eux le p’tit père Alfred.Mettre. Le « charnier », et « coulibaliser » voilà la violence  circulaire dont parlait Frantz Fanon.Vraiment ce stakonoviste de l’écriture obsédé par la notoriété de Chamoiseau fait une fixation sur Camille Chauvet dont lui seul sait pourquoi.En tout cas, c’est bien l’Etat Islamique de « Coulibaly » model de Raphaël Confiant qui a laissé un charnier de 100 corps humains décapités près de Mossoul. Il devrait méditer et freiner sa grasse imbécilité.

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.