Connect with us

GUADELOUPE

LA GUADELOUPE DETIENT LE RECORD D’HOMICIDE EN 2013, LOIN DEVANT MARSEILLE ET LA CORSE Par Arthur BEAUFILS

Published

on

CANON SCIELU POUR VOUS /Source Roadsmag.com/ : Au Ministère de l’Intérieur, Marseille ou encore la Corse retiennent toutes les attentions après une sanglante année 2012 et une année 2013 qui s’annonce du même acabit. Pourtant, avec 27 morts depuis janvier par armes à feu ou blanches, la Guadeloupe est la région la plus dangereuse de France.

La liste est longue… Trop longue pour être énumérée. Depuis le 3 janvier 2013, la Guadeloupe et les îles du Nord ont connu une recrudescence de la violence avec notamment 27 homicides volontaire avec armes. Toute « l’Ile Papillon » subit cette vague de violence, plus particulièrement la zone du Gosier, des Abymes et de Pointe-à-Pitre. De la partie de domino qui dérape aux sombres histoires d’argent, d’amour et de drogue (souvent les trois à la fois), ce paradis des Antilles est devenu un enfer en comparaison des villes de métropole comme Marseille ou la sempiternelle et violente Corse, qui font les choux gras des médias nationaux.

Le 14 janvier dernier, le procureur général de la Cour d’appel de Basse-Terre, Catherine Champrenault, avait déclaré que la Guadeloupe enregistrait « une hausse générale de la délinquance qui concerne notamment les comportements les plus graves et les plus perturbateurs pour la vie sociale. ». En 2011, le département a connu 44 affaires pour homicides volontaires, assassinats et coups mortels contre 36 pour l’année dernière. Le « cru » 2013 risque d’être encore plus sanglant avec ces 27 affaires au début du semestre.

GOLD, DRUGS & GUNS 

Quelles sont les causes de cette vague de violence morbide ? Le parquet général rappelle que « la Guadeloupe et son archipel restent toujours la cible d’importations massives de stupéfiants. On l’a constaté récemment, en novembre dernier, avec la découverte de 73 kg de cocaïne au large de Marie-Galante, et en décembre, avec la saisie de 158 kg dans une habitation de Montgaillard. Ces trafics, qui génèrent une économie souterraine et des règlements de compte, causent aussi d’importants dégâts humains chez les usagers et les personnes acheminant ces produits. »

Selon les chiffres du Conseil Général, au deuxième trimestre 2012, le taux de chômage en Guadeloupe s‘élève à 22,9 % mais c’est surtout celui des jeunes de 15 à 24 ans qui est préoccupant avec des chiffres qui culmine à plus de 53% ! « L’oisiveté mère de tous les vices », selon l’adage populaire, qui se vérifie dans l’île la plus peuplée des Antilles françaises. Avec le litre de rhum blanc à partir de 6 euros, les fêtes dégénèrent régulièrement en bagarre où les couteaux sont vite de sortie voire la machette, un outil qui équipe la plupart des voitures des jeunes de l’archipel. Les vengeances s’administrent souvent avec des fusils de chasse modifiés et les crimes passionnels sont légion. Ce cocktail explosif devient meurtrier sans compter les effluves de ganja et crack qui concentrent les comportements violents et vénaux.

Selon Adrian Ako, journaliste pour le quotidien France-Antilles, cette situation n’est pas   »étonnante ». « Il y a quelques années, l’île avait obtenu le titre de département le plus violent de France. Entre les trafics de drogue et la consommation de stupéfiant qui touche de plus en plus tôt les jeunes et l’apparition des phénomènes de « gang », un peu comme sur le modèle américain, la Guadeloupe doit faire  face depuis quelques années à une véritable recrudescence de la violence », explique t’il. En 2012, les habitants et commerçants de Guadeloupe ont subi 460 vols à main armée. Quant aux atteintes volontaires à l’intégrité physique (qui regroupent les agressions, blessures volontaires, violences conjugales, vols avec violences…), 6 595 faits ont été signalés sur la même année, 400 de plus qu’en 2011. « On assiste aussi à un nouveau phénomène : celui des cambriolages avec séquestrations sous la menace d’armes », a-t’il ajouté.

Le record d’homicide en 2013 pour ce département s’explique par cet environnement ultra-violent et banalisé chez les jeunes. « Ils sont souvent livrés à eux même. Ils n’ont plus peur de la justice, de la prison, des armes et même de la mort. »

« QUI PROTEGE LE RESTE DES GUADELOUPEENS ? »

C’est une des revendications récurrentes de toutes les manifestations de Cayenne à Pointe-à-Pitre en passant par Fort de France, l’Etat français minimise les problèmes de ces départements d’Outre mer d’où un sentiment d’être « laissés pour compte » chez la population. Face à une grève de distribution du carburant qui a paralysé toute l’île il y a 3 semaines, Jean-Marc Ayrault est venu début juillet sur l’archipel pour tenter d’apaiser les esprits. Il a été question d’infrastructures, de vie chère et évidemment de la montée de violence. Le Premier ministre a pris une décision presque risible : une centaine de nouveaux gendarmes et policiers vont arriver sur l’île. Pour A. Ako, cette annonce ne résoudra rien, « les effectifs de Police vont augmenter de 27 fonctionnaires et un escadron de gendarmerie, ce qui représente 75 hommes, va être dépêché sur l’archipel ou plus précisément une zone de l’île ». En effet, le préfet, Madame Marcelle Pierrot, a aussitôt affecté ces effectifs sur la ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire) de Pointe-à-Pitre/Abymes dans des missions de sécurisation et de répression. « Rappelons tout de même que l’île compte 400 000 habitantes la zone Pointe-à-Pitre/Abymes  représente environ 75 000 habitants. Que va changer l’arrivée de 102 représentants de la loi sur l’île ? La question est : qui protège les 325 000 guadeloupéens restant ? »

Alors que la criminalité à Marseille ou en Corse est devenue une arme politique et du même coup surmédiatisée, la Guadeloupe semble sombrer de plus en plus dans une abîme que la crise économique creuse de mois en mois. À titre de comparaison, 11 homicides ont été recensés à Marseille et 13 en Corse sur la même période. « Les forces de l’ordre font face au sous effectif mais aussi à la désorganisation des hommes politiques et l’ensemble ne permettra sûrement pas d’améliorer la situation » analyse sobrement le reporter du quotidien France-Antilles. Une question urgente se pose : A quand une (ré)action des pouvoirs publics ?

Source ROADSMAG.COM/Texte Arthur BEAUFILS

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

GUADELOUPE

Source CaraïbeCreolsNews :La France a-t-elle aboli l’esclavage ? Par Danik I. Zandwonis *

Published

on

By

La France a-t-elle aboli l’esclavage ?  C’est le titre d’un ouvrage de l’historienne Nelly Schmidt qu’il faut avoir lu. Elle décortique avec une grande justesse d’analyse, les 2 « abolitions » de 1794 et 1848 en Guadeloupe et qui sont aujourd’hui encore des marqueurs de notre société coloniale.Mais c’est l’actualité africaine la plus brûlante qui nous ramène vers l’ouvrage de N. Schmidt. Le fait que des migrants d’origine africaine aient été vendus en Libye remet un coup de projecteur sur la politique francafricaine.

D’abord c’’est un média américain, (CNN) qui a révélé cette affaire, pourtant la présence politico-médiatique française en Afrique est plus que réelle. Ensuite on est en droit de s’interroger sur le black out de la France sur cette affaire. Ce silence gêné de médias français, tout comme celui de la diplomatie et du gouvernement français peut être compris comme une volonté affirmée de « zapper » ce fait gênant pour les uns et les autres. Il suffit pour s’en convaincre, de mesurer à l’inverse l’impact émotionnel de ces mêmes médias et du gouvernement français quand un ressortissant français blanc, soldat ou autre est la victime d’une agression en terre africaine.

Il est bon de rappeler, que le chaos existant actuellement en Lybie est l’une des conséquences de la politique Moyen -Orientale des européens, la France en tête. Chez nous en Guadeloupe, pays peuplé majoritairement d’Afro descendants , la réaction s’est aussi fait attendre. Silence radio total des deux assemblées majeures, pas un communiqué de Josette Borel ou de Chalus sur cette problématique. Faut -il penser que nos deux présidents ne sentent pas concernés ? même silence embarassé des parlementaires : ce n’est que 48h après qu’Olivier Serva a sorti un timide post sur les réseaux sociaux.

On en arrive même à se demander si toutes les manifestations qui sont généralement organisées au mois de mai pour « commémorer » l’abolition(?) de l’esclavage en Guadeloupe, ne sont pas totale hypocrisie ? 

En réalité, ces élus guadeloupéens, « marchent » au rythme du gouvernement français, quand le « maitre blanc » parle , ils vont dans le sens de sa parole, mais quand le maitre est silencieux, ils adoptent une attitude similaire. C’est bien là, le mal profond de notre pays, la classe politique dans son ensemble, manque cruellement de courage, elle préfère aller dans le sens du vent pour n’avoir jamais à s’opposer à ceux qui depuis Paris, décident pour nous.

Ce qui s’est passé en Libye et le silence -j’ai presque envie de dire- silence complice, prouve et démontre que les chaines de l’esclavage politico-mental sont toujours présentes dans les cerveaux. Mais il n’y a pas que pour la Libye. Il y a de cela quelques semaines, les Catalans ont posé avec force et détermination, la question de leur indépendance face à l’état central espagnol : vous avez entendu un élu guadeloupéen oser prendre une position contraire à celle du gouvernement français actuel ? la réponse est négative.

Fort heureusement, il y a encore quelques journalistes guadeloupéens qui osent dire tout et tout haut.( je me permets içi de saluer mes confrères de « Presse Hebdo « sur Radio Guadeloupe 1ére : Eric Lefèvre, Gilbert Pincemail, Olivier Lancien, Eric Bagassien…. ils font le job et ouvrent sans crainte les débats. On ne dira pas autant de cette radio commerciale au service du pouvoir devenue depuis 2009 quasiment murette sur tout ce qui peut déranger les pouvoirs en place.En réalité, notre classe politique, volontairement s’absente de tous ces débats, elle ne semble préoccupée que par ses questions électoralistes.

Et pourtant, la situation sociale s’aggrave en Guadeloupe ;les tensions couvent. il y a moins d’un mois, Elie Domota et les militants de l’UGTG ont lancé une première alerte, qui ressemble fortement à un avertissement. Mais là non plus personne n’a entendu. La vie continue « tranquillement », mais chacun se doit de savoir, que ce calme n’est qu’apparent, la Guadeloupe est de nouveau au bord d’une grosse crise.C’est à croire, que nous vivons dans une bulle. La Lybie, la Catalogne, la situation sociale et ses conséquences, tout cela n’interpelle personne : jusqu’à quand ?

*Danik I. Zandwonis Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site@ : danik@mediacreole.com

Continue Reading

GUADELOUPE

A lire source/ CCN/Danik I. Zandwonis/Guadeloupe

Published

on

By

Yohann, Lycéen de 15 ans a été assassiné… Par Danik I. Zandwonis

Sélectionner Pour Vous ! Source Creole News : Dans quel pays vivons nous vraiment? Dans quelle société sommes nous ? Qui peut dire ? Un ados tranquille, est poignardé sous les yeux de ses camarades à la sortie du lycée, juste pour lui voler son portable.

Celui qui a commis ce crime atroce d’une violence inouïe a été identifié et sera jugé et imprisoné. Ce jeune criminel est à l’image de tous les autres. Ils sont égarés, perdus, sans repères, et hélas produits de notre société : ce ne sont pas des extras terrestres et ce n’est hélas pas la première fois que la violence criminelle fait la une de l’actualité. Périodiquement des crimes de ce type sont hélas commis : Sandra Martial, (Baie-Mahault 2008), Gerty David ( Rivière Sens 2006), Marie Josée ( Capesterre-BE) pour ne citer que le cas de ces de 3 jeunes femmes sauvagement assassinées.

Pour en être arrivés à cette extrémité, c’est que ce pays est désespérément malade.
Comment va t-on le guérir de ces maux qui sont devenus au fil des ans le quotidien de la Guadeloupe ? Que faut-il faire ?Quelques instants après ce drame, quelques élus, qui sont eux aussi pères ou mères de famille, se sont fendus de communiqués pout déplorer, s’apitoyer sur ce qui s’est passé.

Et comme à l’habitude, la seule solution évoquée est l’envoi massif de renforts policiers, d’autres réclamant même la venue en Guadeloupe, du ministre français de la police : Bernard Cazeneuve. (Jadis alors qu’il était ministre de la police, Manuel Valls était aussi passé …Faut il penser que l’éventuelle visite en Guadeloupe, d’un ministre soit le remède efficace capable de guérir les maux dont souffrent notre pays ? J’en doute.

D’abord et je ne peux pas croire que nos élus ne soient pas informés de ce fait : La France, est depuis quelques années, le pays européen, où il y a eu le pus d’attentats meurtriers.

La France selon son président est en guerre ; Toutes les forces de police sont mobilisées, et les syndicats policiers français ne cessent de se plaindre de l’épuisement et de la fatigue des policiers très sollicités depuis près de 2 ans. Les policiers français, sont très largement insuffisants pour contrer la « menace terroriste ». Ce qui signifie que la France a autant que la Guadeloupe, besoin de policiers et en grand nombre. Bernard Cazeneuve peut débarquer ici, mais il ne pourra certainement pas déployer un nombre important de flics pour contrer ou prévenir toutes les violences urbaines. Les quelques flics supplémentaires qui pourraient être envoyés ici ne seront jamais en nombre suffisant au regard des demandes des élus et des syndicats policiers. Nous ne cessons de le dire, les questions liées à la violence et à la délinquance urbaines n’ont pas qu’une simple solution policière.

Il faut chercher ailleurs les racines de toutes ces violences et aussi les remèdes.

Depuis des années, dans toutes les villes et même dans les bourgs, les quartiers et la campagne, les jeunes de tous âges, fument de l’herbe et cela en toute impunité. Le trafic des substances illicites n’a pas cessé de croitre. Pourquoi ? D’abord parce que nos politiciens de tous bords parlent beaucoup, gesticulent, mais ne font strictement rien pour faire baisser vraiment le chômage ni le trafic de drogue. Comment penser que dans un pays où la majorité des moins de 25 ans est sans travail, sans argent et donc à la rue, elle puisse rester calmement en se laissant mourir au soleil ? Qui peut le croire ?

Ces délinquants qui font la une de l’actu, qui braquent ou qui agressent les gardiens de prison, tirent sur les policiers, ce sont-le mot est fort – nos terroristes à nous. Des terroristes –voleurs de smartphones, des terroristes -braqueurs de magasins… Terroristes sans pitié qui n’hésitent pas à égorger, à tuer.

Dans un Pays , le notre où un jeune de 20 ans n’a pas de travail, n’a aucune perspective, sa seule possibilité, pour participer à la consommation est d’utiliser la violence la plus primaire, la plus sauvage pour satisfaire son « besoin » de consommer. Pour continuer son trafic il a besoin d’outils : portables, bijoux, engins motorisés, il ne peut pas les acquérir, alors ils les vole et si pour cela il faut tuer, il n’hésite pas, car sa vie n’a plus pour lui aucune valeur, donc il est sans pitié pour vous, pour moi ou pour Yohann…

C’est ce problème social qu’il faut résoudre d’urgence, on pourra mettre dans les rues, devant les lycées le plus grand nombre possible de flics, de mamblos, d’agents de sécurité, tant que des milliers de jeunes seront ainsi livrés à eux mêmes et sans perspective ; la violence ne cessera pas. Ce qui se passe ici n’est donc pas surprenant.

Il est donc temps que nos politiques qui ne pensent qu’à se faire réélire, changent de logiciel et commencent à s’inquiéter réellement de la situation de pauvreté, de misère sociale, de rééducation de centaines de jeunes qui désespèrent.
En France face la montée de l’islam radical, le gouvernent français, croit avoir trouvé une parade et a créé des centres de déradicalisation. Quelle initiative majeure et efficace a été prise dans notre pays pour aider les jeunes désespérés à sortir de leur ghetto et de leur enfer quotidien ? Quand donc les 4O% de chômeurs pourront avoir un emploi dans un pays sans avenir ? Qui s’en préoccupe vraiment ?

Qui fait quoi et où ?
On voit certains maires plus intéressés à aller à pôle Caraïbe Airport accueillir des jeunes médaillés olympiques, que de se préoccuper de ce qui se passe dans les quartiers où la misère est devenue le pain quotidien.Les policiers ne font pas dans le social, ils sont là pour défendre la Société, réprimer et comme ils sont aujourd’hui pris pour cibles, ils vont riposter : ça ne va pas s’arranger. La violence va sans doute connaitre d’autres pics.

En résumé, je crains que le jeune Yohann assassiné pour un portable, ne soit mort pour rien, car dans une semaine, tout sera oublié, jusqu’au prochain : Kevin, Nathan, Harold, Mike ?

Source Créole News /Danik I. Zandwonis

Continue Reading

GUADELOUPE

Ils veulent tuer la CGTG (CGT Guadeloupe) Par Belair Philippe

Published

on

By

Rédaction du Naïf / La CGTG lance une grande campagne de souscription pour condamner une décision de justice scandaleuse au service des Békés.Aujourd’hui de nombreux travailleurs en Guadeloupe se trouvent confrontés à des plans de licenciements (Gardel, BTP, Automobile, Air France, les Banques, France-Antilles, salaires impayés depuis le 1er juillet à la SAS Côte au Vent, etc.) Pour passer ses mauvais coups, le patronat veut affaiblir les syndicats de lutte. Il pourrait ainsi continuer plus facilement à jeter des travailleurs à la rue, dans une Guadeloupe qui détient le triste record, déclaré mais que nous savons minoré, de 26 % de chômeurs !

C’était déjà le cas chez Carrefour Milénis en 2012 qui lançait un plan de licenciement de 28 salariés. L’argument, toujours le même, était : « cela va mal ! », mais cette direction d’entreprise refusait de donner ses comptes aux délégués et même à l’expert nommé par le Comité d’Entreprise. Il a fallu que la CGTG fasse condamner cette entreprise à 8 000 € d’indemnités et à une astreinte de 1000 € par jour de retard pour la contraindre à remettre ses comptes à l’expert-comptable. Il est alors apparu clairement que Carrefour Milenis n’avait aucune difficulté financière, et devait même verser une participation aux bénéfices aux salariés pour 2012, mais également au titre des bénéfices de 2011. Ce que bien évidement cette entreprise n’avait pas versé à ses salariés !
C’est pour s’être opposé à ce plan de licenciement, pour avoir défendu leurs camarades de travail, que deux Délégués du Personnel et la CGTG se sont retrouvés condamnés suite à une décision particulièrement injuste. La stratégie de Jean et Martin Despointes, actionnaires de Carrefour Milenis, a été de prétendre être diffamés. Ils ont joué aux victimes ! Dans un tract la CGTG écrivait : « Despointes n’a qu’à prendre sur sa fortune personnelle pour éventuellement combler des pertes supposées, si tel est le cas. ». Et « osait » rappeler dans ce contexte « que la famille Despointes a bâti toute sa fortune sur le traite négrière, l’économie de plantation et l’esclavage salariat. »
Ce rappel dit « historique » a déjà été écrit à de nombreuses reprises dans des articles de journaux (voir l’article du Le MONDE du 28/02/2009), établi par le travail des historiens. Un monument, le Mémorial ACTe est sorti de terre pour rappeler ce passé historique des Antilles et notamment de Guadeloupe. Comment, dans un pareil contexte, un tribunal-t-il a pu donner raison à Despointes ? Et de plus comment une Cour d’Appel a-t-elle pu aggraver la condamnation jusqu’à monter la condamnation financière à 53 000 € ! Cette somme, impossible à payer pour un syndicat qui ne vit que des cotisations des salariés syndiqués, permet aux Despointes de mener sa lutte de classe contre les travailleurs de Guadeloupe en portant une atteinte grave à la trésorerie de la CGTG.
Ils se sont servis immédiatement de cette décision inique pour pratiquer une saisie des comptes de la CGTG et celui d’un des deux camarades, en plein mois d’août et sans même envoyer une lettre de réclamation comme cela se fait d’ordinaire. Bloquant ainsi le fonctionnement de la CGTG.

DESPOINTES AGIT POUR LE COMPTE DU PATRONAT BEKE :
AFFAIBLIR LA CGTG POUR POUVOIR S’EN PRENDRE AUX SALARIES.

Mais, il s’agit bien d’une question plus large que la défense des organisations des travailleurs car l’argument utilisé pour bloquer le fonctionnement de la CGTG est une insulte envers tous les Guadeloupéens. Condamner pour diffamation des militants pour avoir rappelé le passé et l’origine de la fortune des Békés est une insulte à la mémoire de tous les Guadeloupéens.
Allons-nous continuer à laisser une caste de Békés faire leur loi aux Antilles ? Déjà en 2010, Jean-François Hayot s’en prenait à Ghislaine Joachim-Arnaud, dirigeante de la CGTM, en portant plainte pour avoir écrit le slogan de la grève de 2009 : « Matinik sé ta nou. An bann bétché, profité, volè ! Nou ké fouté yo déwo . Komba tala fok nou kontinié ». La justice a fini par acquitter Ghislaine Joachim-Arnaud.

A titre de comparaison :• Alain Huyghues Despointes qui affirmait en 2009 son attachement à la blancheur de sa peau et celle de sa famille, et déclarait que l’esclavage avait eu aussi des « bons côtés » avait été condamné pour apologie de crime contre l’humanité, en première instance et en appel, avant que la cour de Cassation annule ces sanctions dans un arrêt de 2013 !
• Guerlain, le parfumeur, grand patron français, avait été condamné à payer seulement 6000 euros d’amende pour avoir insulté l’ensemble des Noirs du monde. Il mettait en doute le fait « que les nègres aient jamais travaillé ».
• Sylvie Hayot qui elle n’a pas hésité à insulter et cracher sur les pompiers noirs qui étaient venus la secourir, n’a été condamnée qu’à 8 mois de prison avec sursis et deux amendes de 3000 et 500 euros.
• Nicolas Chaulet accusé d’insultes racistes, a bénéficié d’une intervention directe du procureur qui « a rectifié » les réquisitions de son substitut en réclamant un mois de prison au lieu d’un an !
Encore une justice à double vitesse, les enfants des victimes sont encore victimes. Puisque les tribunaux ont rendu une décision inique, condamnons nous-même le patronat Béké en versant à la grande souscription de la CGTG pour annuler nous-mêmes cette injustice et lui permettre de continuer à défendre nos valeurs et les travailleurs de la Guadeloupe ! Versez en fonction de vos moyens à la souscription ! Vous pouvez donner sur les listes de souscription de nos militants ou directement par chèque à l’ordre de la CGTG, 4 Cité artisanale de Bergevin 97110 Pointe-à-Pitre
Pointe-à-Pitre, le 15 octobre 2015

http://www.legrandsoir.info/ils-veulent-tuer-la-cgtg-cgt-guadeloupe.html

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.