Connect with us

POLITIQUE

LE GÂCHIS Par Édouard de Lépine

Published

on

Le Robert . Il y a quelque chose d’affligeant dans la manière de traiter une question aussi importante que celle des prochaines élections sénatoriales dans la situation actuelle de la Martinique. Tout se passe comme si, dans la conjoncture difficile où nous nous trouvons, l’essentiel de cette consultation tournait autour de la contestation de la désignation de Serge Larcher comme candidat du PPM à ces élections.
Notre presse généralement si bavarde en période électorale est étrangement muette sur tout le reste. Si l’on excepte Antilla, à un degré moindre Politiques Publiques et Le Naïf, notre grande presse, (France-Antilles, radio-télé), n’a jamais été aussi peu curieuse ni aussi peu soucieuse d’informer ses lecteurs et ses auditeurs sur les enjeux de ces sénatoriales.

Trois dangers nous guettent dont nul ne sait comment les prévenir ni, à plus forte raison, comment nous en tirer s’ils nous tombent dessus. Nous sommes au bord du gouffre sur le plan économique. Nous nous trouvons sous la menace d’une explosion sociale qui peut, sans préavis, nous frapper à n’importe quel moment. En l’état actuel des dispositions législatives organisant le régime de l’assemblée unique, nous courons le risque politique d’une dérive autoritaire ou d’une instabilité chronique dans la gestion des affaires du pays. Plus grave peut-être : la menace déjà perceptible d’une crise morale comme notre pays n’en pas connu depuis très longtemps. Cette crise pourrait se traduire par une désaffection encore plus grande pour la politique que lors des dernières cantonales, une abstention de plus en plus massive aux prochaines consultations électorales.

C’est dire que les élections sénatoriales du 25 septembre prochain revêtent une importance exceptionnelle. C’est en effet probablement au Sénat que se jouera l’avenir de la démocratie locale dans notre pays. D’abord au cours de la période transition (2011-2014) entre l’ancien régime et le nouveau. Ensuite pendant le rodage des premières années de l’assemblée unique (2014-2020), Qu’il s’agisse du fonctionnement de cette l’assemblée qui cumulera entre ses mains les compétences et les moyens de nos deux assemblées actuelles ou du sort de nos communes qui se trouveront dans une dépendance aggravée par rapport à la nouvelle assemblée comme par rapport au pouvoir central, nous n’avons jamais eu autant besoin de la vigilance des citoyens.

Dans ce contexte difficile, même si ces élections sénatoriales sont pour le pays et en tout cas pour le PPM, une affaire de principe avant d’être une question de personnes, il est évident que les qualités personnelles de nos représentants dans la Haute Assemblée auront une portée infiniment plus grande que par le passé.
C’est pourquoi il nous semble important, pour le PPM mais aussi pour le pays, de mesurer le gâchis auquel aboutit le mépris des questions de principe et des procédures démocratiques prévues dans les statuts du parti pour la désignation de nos candidats aux élections sénatoriales. Ce qui frappe dans les discussions informelles qu’on peut avoir avec les uns et les autres depuis plus de deux mois, c’est l’ignorance absolue et parfois, plus inquiétante, l’indifférence dans laquelle se trouvent les militants PPM ainsi probablement que la plupart des grands électeurs sénatoriaux, des termes d’une comparaison entre ceux qui aspirent à représenter le pays au Sénat. Peut-être aussi le cynisme ou le manque de courage de ceux qui savent, qui ne sont pas d’accord, qui en rougissent au fond d’eux-mêmes et qui, par peur de compromettre leur rang sur les prochaine liste électorale, à la proportionnelle « territorialisée », se taisent et se terrent dans un silence prudent.

La direction du PPM s’en tire avec un air de fausse innocence savamment calculée et cyniquement orchestrée. Elle a d’abord joué sur l’idée que nous n’avions pas vraiment de candidats aucun de ceux dont on parlait « n’ayant fait officiellement acte de candidature ». À part Serge Larcher qui, lui, aurait accompli le jour ou le lendemain de son adhésion cette formalité désormais essentielle dans notre parti ? Sauf également Frantz Thodiard. Son balisier avait répondu à l’appel du secrétaire général demandant une analyse de la situation politique à la veille des sénatoriales mais n’avait pas présenté sa candidature puisqu’on ne le lui demandait pas.

Le second aspect de la défense d’une candidature qui ne satisfait pleinement personne, c’est que les candidats PPM rejetés par le Comité National sont des militants conscients et disciplinés. Ils ont compris que Larcher était sinon notre meilleur candidat du moins le plus facilement mobilisable dans la conjoncture actuelle. La preuve ? Leur silence prolongé sur cette question. Nous avions heureusement sous la main notre sénateur sortant qui se vante par ailleurs cyniquement de n’avoir pas été demandeur. Il n’avait pas besoin de faire une déclaration écrite de candidature. Il lui suffisait de prendre sa carte du Parti la veille de sa désignation.
Il se trouve que le PPM avait quatre candidats, qu’il était même le seul parti politique martiniquais à pouvoir en présenter un aussi grand nombre et parmi les meilleurs que l’on puisse trouver aujourd’hui sur le marché des candidatures. La presse ne semble pas s’en être aperçue, celle du PPM encore moins que les autres. C’est à peine s’il lui est arrivé de signaler en passant l’une ou l’autre de ces candidatures sans manifester plus de curiosité sur le sort qui leur avait été réservé, comme s’il s’était agi d’épiphénomènes indignes de retenir l’attention du public

Nous avons suffisamment insisté sur les qualités de celui qui nous paraissait le mieux placé pour représenter le PPM et la gauche martiniquaise dans cette bataille, le sénateur honoraire, maire et conseiller général du Marin, Rodolphe Désiré, pour ne pas y revenir. Du moins dans l’immédiat. À terme, il sera impossible d’ignorer les idées fondamentales contenues dans les deux petits livres que nous avons signalés 1/ Pour une région autonome martiniquaise, Institutions comparées des communautés insulaires périphériques et ultra-périphériques – La France, l’Espagne, le Portugal, la Corse, les DOM, les Canaries, Madère, les Açores. Nov 1997 – 2/ Quelle autonomie pour la Martinique dans le cadre de la République (déc 2001)
Les trois autres candidats PPM, Louis Crusol, Charles-Henri Michaux et Frantz Thodiard avaient autant de titres à représenter le PPM dans cette consultation et le peuple martiniquais à la Haute Assemblée si les électeurs sénatoriaux les appelaient à cette fonction.

Louis Crusol, membre du PPM depuis 35 ans, ancien deuxième puis premier vice-président de notre premier Conseil Régional de 1983- 86 à 1998, maire de Sainte-Luce depuis 21 ans, ancien conseiller général, est probablement l’un des meilleurs connaisseurs des problèmes de la démocratie locale. Nos dirigeants semblent avoir oublié qu’il est aussi un économiste connu qui a formé pendant plus de trente ans à l’Université des générations d’étudiants dont plusieurs occupent des fonctions importantes dans notre pays et à l’étranger. Ils ont également oublié ou fait semblant d’oublier que Louis Crusol est, depuis près de vingt ans, le président de la caisse régionale du Crédit Mutuel , l’une des plus performantes de toutes les caisses régionales de France.

À un moment où l’on peut avoir autant besoin au Sénat d’un spécialiste capable de défendre sans être ridicule notre point de vue sur des questions dont chacun sent combien elles sont aujourd’hui décisives pour notre survie dans des conditions décentes, cela peut être difficilement interprété comme un oubli regrettable mais irréparable.
Charles-Henri Michaux, membre du PPM depuis 33 ans, est l’un des nos meilleurs juristes. Conseiller municipal de Césaire pendant 18 ans, adjoint de Serge Letchimy puis de Raymond Saint-Louis Augustin depuis dix ans, son mérite n’est pas mince d’avoir su résister à la tentation de suivre Claude Lise avec lequel il était venu au PPM en 1978. Ancien président du Sermac pendant six ans, ce juriste qui est aussi un homme de grande culture, pouvait être au Sénat l’un des porte parole les mieux préparés aux débats sur les questions institutionnelles qui domineront probablement la vie politique de la Haute assemblée pendant les six ans qui viennent, quels que soient les résultats du 25 septembre prochain.

Frantz Thodiard, le plus tardivement venu au PPM (depuis cependant plus d’une décennie) n’était pas le moins digne de la confiance de notre Comité National. Avec une incomparable somme d’expériences accumulées d’ingénieur des travaux portuaires à la DDE, puis à la CCIM dans la gestion des problèmes du transport (aérien et maritime), qu’il a enseigné à l’université avant de se consacrer totalement à la direction du Port de Fort de France et de l’aéroport du Lamentin. Adjoint au maire de Fort de France depuis
dix ans, en charge des grands projets de rénovation urbaine de la Ville, Président puis vice-président de la SEMAFF, en contact direct avec les problèmes auxquels se trouve confrontée quotidiennement non seulement la capitale mais l’économie d’un petit pays insulaire qui entend faire du tourisme l’un des atouts majeurs de son développement, il pouvait être au Sénat un porte-parole avisé de notre volonté de nous ouvrir au monde sans renoncer à être nous-mêmes.

Informer les militants et le pays

Il était possible d’organiser au sein du PPM sinon des primaires du moins une information sérieuse des militants et des dirigeants du Parti, au lieu de cette caricature de consultation entre deux ou trois privilégiés de l’entourage immédiat du président, plus ou moins honteux, en tout cas manifestement mal à l’aise, dans le rôle qu’ils s’imposent de défenseurs d’une candidature à laquelle ils ne croient pas.
Le moment viendra inévitablement où il faudra que les bouches s’ouvrent dans ce parti pour que les militants comprennent pourquoi le PPM a pu préférer la candidature de Larcher à celle d’un des quatre candidats authentiquement PPM, les trois autres, et leurs amis avec eux, s’engageant, bien entendu, à se mettre totalement au service de celui d’entre eux qui aurait été retenu par le Comité National.

Nous reviendrons avant le vote du 25 septembre sur ce qu’il eût été possible de faire pour ces élections sénatoriales si, au lieu de cet attelage bancal de deux hommes pour représenter le pays au Palais du Luxembourg, on avait voulu vraiment respecter le principe de la parité, cette feuille de vigne qui a servi à enterrer le rapport privilégié entre les élus et leurs électeurs par la disparition des cantons et, en réalité, des communes dans la représentation du pays à l’assemblée unique. Il n’y avait donc aucune femme, ni au PPM ni à Ensemble pour une Martinique Nouvelle, capable de représenter dignement la Martinique dans la Haute Assemblée ?
Le Robert, 12.09.2011/ ÉdL
Auteur :

Continue Reading
4 Comments

4 Comments

  1. Odile

    30 mai 2013 at 10 h 25 min

    Incapable de régler son problème de Sénatoriales dans le cadre de son PPM, Edouard Delépine accuse la presse. Nous lui disons simplement que les médias contribuent au débat démocratique . mais ils ne remplacent pas le débat interne au sein du parti Les médias, c’est-à-dire l’ensemble des moyens de diffusion de l’information, sont un moyen d’expression essentiel pour les acteurs démocratiques et jouent un grand rôle dans la formation de l’opinion publique. Plaçant certains débats sur le devant de la scène, ils peuvent aussi en occulter d’autres. La presse est un moyen de contestation, qu’utilise largement EdL ,alors arrête de sangloter .Observons aussi que les médias peuvent représente aussi un danger pour la démocratie. Les médias constituent de fait un quatrième pouvoir, à côté des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire . La question de la transparence est importante car le risque de manipulation. est là et , sans compter que les médias ne sont pas égaux. La télévision, média de masse, touchant des citoyens le plus souvent passifs, est accusée de simplifier les débats et de  » faire  » l’opinion, alors que la course à l’audience laisse peu de place au débat démocratique. Au bout de mon commentaire pourquoi le plus important Parti politique du Pays ne dispose-t-il pas d’un médias de masse ?. Tous ces financiers qui gravitent autour à quoi servent-il ?Le journal Justice est de meilleure qualité. TOUT ( présentation et contenu). Ce n’est pas avec Jeannie Darsières, Compère , Serge Souffleur et Tisserand … Un quatuor de médiocres qui fera un médias de qualité . Delépine tu dois te donner les moyens du débat. Tu as perdu … et Dimanche 25 le vidé se fera sur ton nom bo fè a , bo fè a, é yo pété bonda édoua

  2. Edouard de Lépine

    30 mai 2013 at 10 h 25 min

    Camille, Je ne sais pas qui est Odile, probablement une de ces courageuses actrices de ce quatrième pouvoir dont elle vante les mérites que je suis sensé ignorer. Mais tu le sais toi qui elle est cette Odile. Comment peux-tu ouvrir ton medium à des imbéciles pareils dont l’anonymat est le seul bouclier ? Dans quelle mesure l’anonymat peut-il servir la transparence du débat démocratique ? Chaque fois que j’ouvre le Naïf, je me pose la question sans oser y répondre. Mais peut-être le ferai-je un de ces jours. EdL

  3. Oeil de Trénelle

    30 mai 2013 at 10 h 25 min

    Edouard DeLépine n’a pas écouté le discours du seul chef PPM reconnu par les militants : SERGE LETCHIMY . Edouard est un mal éduqué , il traite quelqu’un d’imbécile dans un commentaire sans aucune insulte . Oui Edl a raison , Internet c’est l’anonymat où n’importe qui dit n’importe quoi, mais là ce n’est pas le cas. Le militant nationaliste PPM que je suis ne tolère pas dans l’insulte, ce n’est pas seulement le manque de civilité dont elle fait preuve, c’est surtout qu’elle conforme le discours à la société du spectacle et qu’elle fait reculer du même coup le territoire de la pensée. Si on veut faire avancer les choses, il est temps de réfléchir posément à ce que représente le siège du PPM et les lieux de débat que sont les balisiers. Si EdL souhaite débattre qu’il soit plus présent au siège, qu’il paye sa cotisation et qu’il envoie des textes au Journal du Parti . Les colonnes du Naïf de Camille ou encore Politiques Publiques ne doivent pas être transformées en lieu de débat du PPM. Dans Politiques Publiques récemment Franck Sainte-Rose Rosemond ancien rédacteur en chef du PPM a livré en pâture au anti-PPM Camille Chauvet, tout cela à partir d’un texte qui aurait pu être l’objet d’un débat au PPM. Messieurs respecter la mémoire d’Aimé Césaire et de Camille Darsières : L’espace Démocratique du PPM c’est le siège comme l’a dit feu Camille Darsières à Claude Lise. La fin de vie de Claude Lise est là , triste comme lune nuit sans lune. Edl tu ne mérites pas de finir comme Claude Lise. A bientôt.

  4. Camille Chauvet

    30 mai 2013 at 10 h 25 min

    Edouard, je prends connaissance de ton post . Il faut que tu comprennes que fréquenter le net c’est rencontrer er affronter des voyous anonymes. Actuellement tout les anti – PPM se sont refiugiés sur Politiques Publiques pour m’attaquer.Depuis cette abruti au pseudonyme d’Esparetero en passant par zandoli fou … Je l’ai chassé de mon mur et cette peste brune est revnu à l’occasion sur politiques Publiques s’agiter avec la bénédiction d’ un PPM en marge Franck Sainte6rose Rosemond. Ces mimistes lancent même en lien sur facebook les saloperies et autres mensonges à mon encontre. Alors Edouard évite la toile si cela te choque. Comme pour toi je ne connais pas Odile. La solution est de ne pas publier les commentaires,ce que je refuse de faire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

EDITO

ATV…un huitième redressement judiciaire ! Par Paul Véyatif

Published

on

By

Rédaction du Naïf: Des combines qui n’en finissent pas dans ce monde de la télévision ou les mêmes qui sabotent reviennent chaque fois. Mardi prochain est appelé à la barre du Tribunal de Commerce de Fort-de-France l’affaire de notre chaîne locale bien aimée ATV. Pour la 8ème fois consécutive ATV est encore une nouvelle fois en redressement judiciaire !!! Le milliardaire Suisse ou Luxembourgeois on sait plus… Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE actuel propriétaire d’ATV ne veux plus ou ne peux plus payer les factures…

Cette fois c’est la société SMART CONSULTING un cabinet Parisien avec son Président Monsieur Bernard CHAUSSEGROS homme d’affaire, homme politique candidat à l’investiture UMP et ancien Président débouté d’Euro Media France souhaite acquérir aujourd’hui l’entreprise ATV avec comme ticket d’accès Gilles CAMOUILLY ancien directeur d’antenne des programmes de France Ô et surtout ancien consultant de la chaîne de télévision Guadeloupéenne GTV aujourd’hui disparu.Quand on connait l’audience et les résultats de Gilles CAMOUILLY à France Ô ses dernières années qui pourtant gérait un budget de 30 Millions d’euros par an n’est pas arrivé à faire décoller l’audience de la chaîne qui est proche du Zéro absolu on se pose la question de la qualité de ses bons conseils et de sa capacité à gérer ATV ? Soit ! Et 1 et 2 et 3 Zéro…

Aujourd’hui Gilles CAMOUILLY  est porteur d’une carte de visite marquée d’un licenciement (Royal) de France Ô, doublée du rôle d’ancien consultant donneur de bons conseils à la chaîne GTV qui a néanmoins fait faillite un an après ses bons conseils. Il se positionne donc avec « ses bonnes idées » comme repreneur d’ATV mais sans reprendre les 16 journalistes qui produisent chaque jour l’information et les émissions locales de la chaîne !!! C’est dire que nous sommes loin « des feux de l’amour » entre ATV et l’agence WIPA qui emploi les journalistes…Accompagné de l’autre venu du froid Bernard CHAUSSEGROS ancien président d’Euro Media France, l’opinion publique  se demande comment feront-ils pour résorber les dettes d’ATV, surtout que dans les derniers comptes d’Euro Media France, leader des prestations audiovisuelles, qui était présidé par Bernard CHAUSSEGROS, pointent en effet un lourd passif de 100 000 000 € !!!

UN ENFUMAGE DE LA REDACTION !

ATV accuse une dette de plusieurs millions d’euros dont plus de 600 000 euros de factures impayés à l’agence WIPA Qui va payer ? Quelle entourloupe se met en place? Par le passé, Gilles Camouilly à son arrivé à France Ô a repositionné la ligne éditoriale de la chaîne et a entrepris ensuite un véritable nettoyage des dites « écuries d’Augias » et certaines collaborations surprenantes ont pris fin, dont le départ d’Eddy Murté. Autant dire que les journalistes d’ATV en stand by actuellement ne doivent pas bien dormir. Un nouvel enfumage se pointe et certaines en douce  quitte le navire. Cela sonne un peu comme la fin de la rédaction d’ATV, ou bien c’est peux être tout simplement un tour de passe-passe pour ne pas payer certaines factures, WIPA oui mais Woui Pa payé !!! Il y a de quoi se poser des questions quand on apprend que l’avocate de Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE n’est qu’autre que Maître CAMOUILLY la sœur de Gilles CAMOUILLY !!! Que vont décider les juges ? Affaire à suivre mardi prochain….

Sources

France Ô, la chaîne à 0 téléspectateur/http://www.lepoint.fr/medias/france-o-la-chaine-a-0-telespectateur-30-10-2014-1877001_260.php

France Ô, un amer cocktail/http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2014/12/12/france-o-un-amer-cocktail_4539881_1655027.html

France Ô se separe d’Eddy Murté/http://www.fxgpariscaraibe.com/article-eddy-murte-demissionne-de-france-o-80531259.html

Avignon : la société de Bernard Chaussegros perd de l’argent/http://www.midilibre.fr/2013/06/08/avignon-la-societe-de-bernard-chaussegros-perd-de-l-argent,712794.

 

Continue Reading

POLITIQUE

Alfred Marie-Jeanne sabote le transport TCSP  Par Jean-Marc  Fortuné

Published

on

By

Rédaction du Naïf : Président de Martinique Transport au conseil d’administration du 22 janvier 2018, il le dit entre les lignes. Le pauvre Louis Boutrin s’est ridiculisé en annonçant une ouverture de ce qui est devenu le monstre du Lochness kréol

LE DISCOURS DU SABOTAGE

« Je dois tout d’abord vous rappeler un certain nombre d’éléments qui sont prépondérants dans la décision que nous devons prendre sur ce dossier aujourd’hui. En ma qualité de Président de Région, j’ai toujours voté le budget primitif de la collectivité en décembre de l’année précédente.Pour l’exercice 2018, je n’ai pu le faire jusqu’à ce jour. Je vais le proposer au début d’avril 2018. La raison est simple, c’est que nous nous trouvons dans l’incapacité de l’équilibrer à cause d’un manque important de recettes et notamment la diminution des dotations de l’Etat, le transfert d’une partie du produit de notre fiscalité vers Martinique Transport et maintien des taux de fiscalité en l’état.

Je tiens à rappeler aussi que le projet de loi de finances 2018 a contraint les collectivités d’une certaine taille à prendre des mesures de mise en conformité de leur situation financière et comptable. En conséquence, augmenter la participation de la collectivité territoriale de Martinique au budget de Martinique Transport de 43 M€ à 70 M€, je préfère vous l’annoncer tout de suite : cela n’est pas possible ! A ce titre, il faudrait que chaque EPCI, représentée ici par leur président et par ailleurs, vice-président de Martinique Transport, prenne l’engagement d’augmenter leur contribution au budget de l’établissement pour l’exercice 2018.

A ma demande, des réunions de travail préparatoires sur la mise en service du TCSP et en prévision de notre séance du Conseil d’administration de ce jour ont été tenues les 11 et 12 janvier 2018. Une offre de service et une nouvelle grille tarifaire s’approchant des augmentations qui étaient censées être commandées par la CACEM en 2015 et 2017 lui ont été proposées. Ces informations vous ont été transmises pour examen aujourd’hui.

Parallèlement, des éléments d’explication quant au coût présenté pour la marche à blanc ont tenté d’être obtenus. Des questions précises ont été formulées par écrit à l’attention du délégataire et singulièrement de la CFTU. Sans grand succès. En retour, la réponse de la CFTU nous a transmis une nouvelle proposition et très peu de justificatifs ont été remis et il semble que pour tenter de comprendre les coûts annoncés, nous tournions en rond. Nous sommes toujours dans l’opacité. Suite à la marche à blanc, le délégataire annonçait un coût d’exploitation annuel de l’ordre de 13,5 M€ et un déficit de 12,78 M€.

Sur la base de l’offre de service travaillée et la nouvelle grille tarifaire, ce coût d’exploitation oscille maintenant entre 14 et 15 M€, et le déficit d’exploitation varie entre 13 et 14 M€. Les recettes sont plus que minorées, et ne tiennent pas compte du rabattement des passagers conduits par les taxis collectifs aux différents pôles d’échange. Ces charges étaient déjà insupportables pour Martinique Transport sur la base des coûts et du déficit de la marche à blanc, elles le sont encore moins avec la proposition technique et financière de la CFTU, avec des recettes minimalistes mais des dépenses bien maximisées. A titre d’exemple, ce ne sont pas moins de 104 personnels qui devaient être embauchés pour le fonctionnement des 2 lignes du TCSP suite à la marche à blanc. La nouvelle offre propose 14 recrutements supplémentaires, soit 10 chauffeurs et 4 électromécaniciens (on en est maintenant à 1 électromécanicien par bus !), c’est-à-dire 118 personnes que l’on devrait embaucher pour exploiter commercialement le TCSP.

Messieurs les Présidents de la CACEM, de l’Espace Sud et de Cap Nord, j’attends particulièrement vos positions sur ce dossier et vos propositions financières qui serviront à bâtir le budget primitif de Martinique Transport que nous devrons examiner au mois de mars prochain, pour respecter les statuts et qui devront s’inscrire dans la durée. En l’état, en ma qualité de Président de Martinique Transport, je refuse d’accepter ces offres. Fort-de-France le 22 janvier 2018 »

NDLR : Ce projet commencé par sa volonté mais inachevé et finalement mis en place par Serge Letchimy le rend fou. Pauvre Martinique .Heureusement que nous ne sommes pas un Pays indépendant avec à la tête un fou pareil.

 

 

Continue Reading

EDITO

L’assassin Coulibaly est la référence de Raphaël Confiant par Ti-kourilet

Published

on

By

Rédaction. TIKREOLKOURILET : Face d’ananas Raphaël Confiant disait dans montraykréol: « Il est vrai qu’il y a un an et demi, CHAUVET était déjà allé porté plainte à la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » sur les ondes d’une télé-poubelle locale, contre Raphaël CONFIANT au motif que ce dernier l’aurait « menacé de mort » !!! CONFIANT avait été traîné au commissariat de Fort-de-France où on lui avait pris photo de face et de profil, empreintes digitales et empreintes ADN en lui déclarant que s’il arrivait la moindre chose à CHAUVET, il serait le premier suspect. » Camille Chauvet avait porté plainte contre cette pompe à merde qu’est Raphaël Confiant qui menaçait de le « coulibaliser ». Coulibaly , c’est le nom du terroriste, assassin de la policière martiniquaise. Aujourd’hui, c’est le pseudo vertical aux mains pas encore lavées dans cette Parrot, Alfred Marie Jeanne qui fait intervenir la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » dans sa radio RLDM contre des salariés de la CTM. Ces travailleurs dénoncent un élu Louis Boutrin qui perd toutes mesures. C’est dans ce contexte que BNA, député maire de Sainte-Marie victimes d’insultes et menacé décide symboliquement de mettre dans un charnier  le ptit père Alfred et ses courtisans. Ce Confiant dans son blog MontrayChauvet dénonce BNA. Quel toupet !

CHARNIER ET COULIBALISER 

C’est ce même acnéique surpris en sauteur de brebis derrière la distillerie de son grand-père qui menaçait de  « coulibaliser » Camille Chauvet qui hurle contre Brunot Nestor Azérot .Ce dernier dans sa campagne électoral dit  vouloir mettre dans un charnier les insulteurs de la CTM et le premier d’entre eux le p’tit père Alfred.Mettre. Le « charnier », et « coulibaliser » voilà la violence  circulaire dont parlait Frantz Fanon.Vraiment ce stakonoviste de l’écriture obsédé par la notoriété de Chamoiseau fait une fixation sur Camille Chauvet dont lui seul sait pourquoi.En tout cas, c’est bien l’Etat Islamique de « Coulibaly » model de Raphaël Confiant qui a laissé un charnier de 100 corps humains décapités près de Mossoul. Il devrait méditer et freiner sa grasse imbécilité.

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.