Connect with us

POLITIQUE

LE PRÉSIDENT CLAUDE LISE AURAIT-IL OUBLIÉ SES ENGAGEMENTS D’AUTREFOIS ?

Published

on

REDACTION DU NAIF . Le débat sur la question institutionnelle est ouvert et dans ce cadre nous publions cette contribution d’Edouard Delépine.
Le compte à rebours est commencé et les arguments des uns et des autres doivent être pris en compte et l’opinion publiqe peut découvrir des virages à plus de 360 degrés. La parole circule…
Lu dans la presse écrite et entendu mille fois à la radio ou à la télévision les deux arguments massue des amis du 74 :
1/ leurs adversaires, la droite naturellement mais le PPM en particulier, seraient des assimilationnistes honteux 2/ modifier la constitution pour faire plaisir à notre petite Martinique, est un rêve insensé.

Préservation des acquis = assistanat

J’ai trouvé la formule « préservation des acquis = assistanat », sur un journal électronique pas mal fait, Politiques Publiques (http://www.politiques-publiques.net/). On la retrouve un peu partout dans la bien-pensance populiste sous une forme moins laconique mais pas moins cynique.

Je suppose que l’auteur n’a pas grand chose à voir avec Césaire curieusement devenu, depuis sa mort, plus qu’une icône, une référence obligatoire, spécialement pour ceux qui l’ont le plus violemment combattu de son vivant.

Parmi eux, au premier rang, les néos-autonomistes, indépendantistes de la frime et de la triche, mais aussi quelques assimilationnistes en déshérence, en passe d’être largués par Sarkozy, départementalistes de la veille et opportunistes à tout temps en quête de recasement.

Pour le fondateur du PPM, l’autonomie, on le sait, « ce n’est ni un passéisme ni un misérabilisme ! C’est un PLUS et ce n’est pas un MOINS. Ce qui est acquis restera acquis. Mais ce qui manque sera ajouté. On partira de ce qui existe, donc du régime actuel, mais il sera complété».

Je cite de mémoire ce texte tiré du discours peut-être le plus connu de Césaire. (Discours dit des 3 voies et des 5 libertés -Février 1978).

Avec quelques amis, parmi lesquels Iean-Claude Duverger, nous avons longtemps refusé d’envisager l’éventualité d’une scission du PPM, « ce merveilleux outil du peuple martiniquais qu’il ne fallait pas prendre le risque de casser ni d’ébrécher sous prétexte de l’améliorer (Césaire au VIIe Congrès du PPM, 1977).

Pour prouver à ceux qui n’étaient pas d’accord avec nous et qui voulaient être les « refondateurs », que rien ne distinguait fondamentalement leurs positions des nôtres, j’avais noté parmi une demi-douzaine de points qui me semblaient importants, cette thèse de Claude Lise : « Cette revendication (l’autonomie), telle qu’on peut la concevoir aujourd’hui, doit tenir compte de la volonté des Martiniquais de ne pas voir remettre en cause un certain nombre d’acquis démocratiques ainsi qu’un certain nombre d’acquis sociaux qui sont le fruit de longues et difficiles luttes du monde du travail » (Ducos, le 26 mars 2006 au pré-congrès du RDM)

Serait-il devenu, lui aussi, un assimilationniste honteux ?

Je sais bien. Beaucoup d’eau a coulé depuis. Que dis-je ? Un véritable torrent de bave, de boue et de crachats, emportant tout sur son passage : les imprécations marie-jeannistes contre le Rapport Lise-Tamaya, lacéré et jeté à la poubelle, sous l’œil complaisant des caméras de télévisions françaises et étrangères, et sous les ricanements de futurs soixante quatorzistes hilares.

Mais emportant aussi, hélas ! quelques unes de ces valeurs césairistes dont se réclame Claude Lise et qu’il a partagées avec le PPM pendant un bon quart de siècle.
Contre le pessimisme de la raison auquel pourrait porter le spectacle lamentable que nous sommes en train de donner au pays et au monde, je m’obstine à faire confiance à l’optimisme de la volonté comme l’enseignait Césaire.

Je refuse de me laisser entraîner dans le tourbillon.

Je n’arrive pas à croire que les militants du RDM puissent suivre aveuglément les petits marquis aux talons roses du 74 qui ont tant bavé sur Césaire pendant tant d’années, et qui se posent aujourd’hui en donneurs de leçons tout en s’accommodant des miettes d’une réforme sarkoziste.

« Une réforme de la constitution ?

Vous rêvez ! »

On sait que le PPM propose une révision de la constitution qui garantisse à la fois le droit à l’égalité et le droit à la différence. C’est une formule utilisée dans toutes les grandes démocraties de l’Union Européenne.

La charte européenne de l’autonomie locale de 1985 fait obligation à tous ses signataires d’inscrire cette autonomie dans leur constitution. La France l’a signée dès 1985.

Elle l’a ratifiée depuis 2003.
Elle n’a pourtant pas cessé de tricher sur cette question. Son jacobinisme bi-centenaire l’a empêché jusqu’à maintenant de faire ce que la monarchie espagnole a fait moins de 3 ans après la mort de Franco : tout en affirmant « l’unité indissoluble de la nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols », reconnaître et garantir le droit à l’autonomie des nationalités et des régions qui la composent et la solidarité entre elles » (article 2 de la constitution espagnole)

Je comprends que les anti-européens, ceux qui pensent que nous ne sommes pas Européens puisque nous sommes Martiniquais, Antillais et Caribéens, se fassent difficilement à cette appartenance à l’Europe.

L’Europe, ils n’en acceptent que les subventions.

Et encore ! Du bout des lèvres et au titre des réparations pour ses crimes colonialistes.

Peut-être aussi comme un espace privilégié pour le grand tourisme politique dont les conseillers régionaux du MIM sont les meilleurs spécialistes.

Je comprends mal que le sénateur, Claude Lise, n’ait pas profité de l’opportunité que lui offraient les travaux de la récente mission sénatoriale, présidée par son collègue Serge Larcher, pour évoquer ne serait-ce qu’une fois au cours des neuf interventions qu’il a faites devant cette mission, pour évoquer cette disposition de la Charte européenne de l’autonomie locale qui pouvait faciliter la tâche du RDM : “sur les dispositions du titre XII de la constitution, l’objectif étant de procéder à une analyse comparative des articles 73 et 74 mais également de procéder à l’élaboration de propositions de modifications qui pourraient être utilement portées à la rédaction de ce titre XII, dans le cadre d’une prochaine révision constitutionnelle.” (Discours de Ducos, 26 mars 2006, p 14)

C’était une proposition pour rire ?

De quel droit, au nom de quoi, au bénéfice de qui, les ramasse-miettes de la réforme sarkoziste peuvent-ils quémander des « adaptations » ou des « habilitations » et prétendre donner des leçons de dignité et de responsabilité au PPM qui revendique, lui, la constitutionnalisation de l’autonomie c’est-à-dire le droit non pas d’adapter les lois ni de négocier des habilitations, mais de faire nos propres lois sur nos propres affaires, dans le respect d’une constitution amendée pour mieux répondre à nos propres préoccupations ?

Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié que Serge Letchimy n’a pas attendu, lui, que la mission confiée par le Président de la République à monsieur Balladur pour la réforme des institutions de la France, le réveille de la longue léthargie de 5 ans dans laquelle leur humiliante défaite de décembre 2003 avait plongé les deux présidents de nos deux collectivités,

Au nom du groupe des élus progressistes, il l’a fait dès la première session du premier Congrès des élus régionaux et généraux, le 12 juin 2001, Il a rappelé ce qu’il appelle les deux enseignements majeurs de Césaire et du césairisme :

1/ « notre lutte n’est pas une lutte pour plus ou moins de subventions ni pour plus ou moins de franchises et de libertés locales. C’est une lutte plus fondamentale. C’est une lutte pour la reconnaissance de la personnalité collective du peuple martiniquais, une lutte pour le pouvoir martiniquais ».
2/ Le PPM ne connaît qu’une stratégie « celle qui considère que la solution du problème martiniquais dépend du combat du peuple martiniquais tout entier, ou tout au moins d’une large fraction du peuple martiniquais, réunie dans une commune espérance et regroupée autour d’un même idéal.

Autrement dit, nous PPM, nous pensons que la solution du problème martiniquais passe parla création d’un consensus martiniquais et que notre seule arme – mais une arme décisive – c’est et ne peut être que « l’union du peuple martiniquais. »

C’est la reconnaissance de la personnalité collective du peuple martiniquais c’est-à-dire de la nation martiniquaise qui fonde notre droit à la responsabilité et à l’initiative historique.

Ce n’est pas la grande misère de notre situation politique, économique, sociale et culturelle, une situation certes difficile mais beaucoup moins qu’il y a un demi-siècle, quand nous choisissions de rompre avec l’assimilation et de revendiquer de droit de gérer nous-mêmes nos propres affaires.

Ce qui fonde notre droit, c’est encore moins, bien entendu, l’existence dans la constitution actuelle d’un article magique qui nous permettrait de résoudre d’un coup les difficiles problèmes auxquels nous sommes confrontés, spécialement dans la crise de l’économie mondiale qui ne nous épargne pas.

Tout dépend donc en définitive de la capacité des autonomistes martiniquais d’élargir la base sociale et politique d’une revendication qui ne peut pas être celle d’une moitié du pays contre l’autre.

Le PPM croit que cela est possible. Mais il ne croit pas au miracle. Il ne croit pas que cela puisse résulter d’un accord bâclé à la veille d’une consultation électorale.

Il propose une procédure permettant l’expérimentation de dispositions d’ores et déjà inscrites dans l’article 73 de la constitution et, au terme de cette expérimentation, une seconde consultation populaire offrant à partir d’un bilan mesurable, la possibilité de corriger éventuellement ce qui mériterait de l’être, pour avancer vers l’autonomie.

Une autonomie entendue non comme une terre promise ni comme une Amérique qui attendrait son Christophe Colomb, mais comme un espace ouvert où, grâce à une coopération mutuellement avantageuse non seulement avec la France et avec l’Europe mais avec nos voisins de la Caraïbe, il nous serait permis de jouer dans cette région du monde un rôle à la mesure de nos ambitions.

Le 13.09.09 Edouard de Lépine

CONTRIBUTION AU DEBAT PUBLIC.
Auteur : Jean Jack LAPORTE

Continue Reading
2 Comments

2 Comments

  1. SAMAL

    30 mai 2013 at 4 h 42 min

    FAITES CHANTEZ AUX MARTINIQUAIS CHAQUE MATIN LA MARTINIQUAISE ET REPETER VIV CEZAIRE !!!!REFRAINAux armes, citoyens !Formez vos bataillons !Marchons, marchons !Qu’un sang impur…Abreuve nos sillons !COUPLETSAllons ! Enfants de la Patrie !Le jour de gloire est arrivé !Contre nous de la tyrannie,L’étendard sanglant est levé ! (Bis)Entendez-vous dans les campagnesMugir ces féroces soldats ?Ils viennent jusque dans vos brasÉgorger vos fils, vos compagnesAux armes, citoyens ! Etc.IIQue veut cette horde d’esclaves,De traîtres, de rois conjurés ?Pour qui ces ignobles entraves,Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !Quels transports il doit exciter ;C’est nous qu’on ose méditerDe rendre à l’antique esclavage !Aux armes, citoyens ! Etc.IIIQuoi ! Des cohortes étrangèresFeraient la loi dans nos foyers !Quoi ! Des phalanges mercenairesTerrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !Nos fronts sous le joug se ploieraient !De vils despotes deviendraientLes maîtres de nos destinées !Aux armes, citoyens ! Etc. IVTremblez, tyrans et vous, perfides,L’opprobre de tous les partis !Tremblez ! Vos projets parricidesVont enfin recevoir leur prix. (Bis)Tout est soldat pour vous combattre.S’ils tombent, nos jeunes héros,La terre en produira de nouveauxContre vous tout prêt à se battre.Aux armes, citoyens ! Etc.VFrançais, en guerriers magnanimesPortons ou retenons nos coups !Épargnons ces tristes victimes,A regret, s’armant contre nous ! (Bis)Mais ce despote sanguinaire !Mais ces complices de Bouillé !Tous ces tigres qui, sans pitié,Déchirent le sein de leur mère !Aux armes, citoyens ! Etc.VIAmour sacré de la PatrieConduis, soutiens nos bras vengeurs !Liberté ! Liberté chérie,Combats avec tes défenseurs ! (Bis)Sous nos drapeaux que la VictoireAccoure à tes mâles accents !Que tes ennemis expirantsVoient ton triomphe et notre gloire !Aux armes, citoyens ! Etc. COUPLET DES ENFANTSNous entrerons dans la carrière,Quand nos aînés n’y seront plus ;Nous y trouverons leur poussièreEt la trace de leurs vertus. (Bis)Bien moins jaloux de leur survivreQue de partager leur cercueilNous aurons le sublime orgueilDe les venger ou de les suivre.Aux armes, citoyens ! Etc.Enfants, que l’Honneur, la PatrieFassent l’objet de tous nos vœux !Ayons toujours l’âme nourrieDes feux qu’ils inspirent tous deux. (Bis)Soyons unis ! Tout est possible ;Nos vils ennemis tomberont,Alors les Français cesserontDe chanter ce refrain terrible :Aux armes, citoyens ! Etc.ET VIV CESAIREET VIV CHABENET VIV LISEVIV LETCHIMY ET VIV DE GOLEZOT TOUT KA MANGE !!!!!!!!!!!!!!!!

  2. test

    30 mai 2013 at 4 h 42 min

    test lien xml

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

EDITO

ATV…un huitième redressement judiciaire ! Par Paul Véyatif

Published

on

By

Rédaction du Naïf: Des combines qui n’en finissent pas dans ce monde de la télévision ou les mêmes qui sabotent reviennent chaque fois. Mardi prochain est appelé à la barre du Tribunal de Commerce de Fort-de-France l’affaire de notre chaîne locale bien aimée ATV. Pour la 8ème fois consécutive ATV est encore une nouvelle fois en redressement judiciaire !!! Le milliardaire Suisse ou Luxembourgeois on sait plus… Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE actuel propriétaire d’ATV ne veux plus ou ne peux plus payer les factures…

Cette fois c’est la société SMART CONSULTING un cabinet Parisien avec son Président Monsieur Bernard CHAUSSEGROS homme d’affaire, homme politique candidat à l’investiture UMP et ancien Président débouté d’Euro Media France souhaite acquérir aujourd’hui l’entreprise ATV avec comme ticket d’accès Gilles CAMOUILLY ancien directeur d’antenne des programmes de France Ô et surtout ancien consultant de la chaîne de télévision Guadeloupéenne GTV aujourd’hui disparu.Quand on connait l’audience et les résultats de Gilles CAMOUILLY à France Ô ses dernières années qui pourtant gérait un budget de 30 Millions d’euros par an n’est pas arrivé à faire décoller l’audience de la chaîne qui est proche du Zéro absolu on se pose la question de la qualité de ses bons conseils et de sa capacité à gérer ATV ? Soit ! Et 1 et 2 et 3 Zéro…

Aujourd’hui Gilles CAMOUILLY  est porteur d’une carte de visite marquée d’un licenciement (Royal) de France Ô, doublée du rôle d’ancien consultant donneur de bons conseils à la chaîne GTV qui a néanmoins fait faillite un an après ses bons conseils. Il se positionne donc avec « ses bonnes idées » comme repreneur d’ATV mais sans reprendre les 16 journalistes qui produisent chaque jour l’information et les émissions locales de la chaîne !!! C’est dire que nous sommes loin « des feux de l’amour » entre ATV et l’agence WIPA qui emploi les journalistes…Accompagné de l’autre venu du froid Bernard CHAUSSEGROS ancien président d’Euro Media France, l’opinion publique  se demande comment feront-ils pour résorber les dettes d’ATV, surtout que dans les derniers comptes d’Euro Media France, leader des prestations audiovisuelles, qui était présidé par Bernard CHAUSSEGROS, pointent en effet un lourd passif de 100 000 000 € !!!

UN ENFUMAGE DE LA REDACTION !

ATV accuse une dette de plusieurs millions d’euros dont plus de 600 000 euros de factures impayés à l’agence WIPA Qui va payer ? Quelle entourloupe se met en place? Par le passé, Gilles Camouilly à son arrivé à France Ô a repositionné la ligne éditoriale de la chaîne et a entrepris ensuite un véritable nettoyage des dites « écuries d’Augias » et certaines collaborations surprenantes ont pris fin, dont le départ d’Eddy Murté. Autant dire que les journalistes d’ATV en stand by actuellement ne doivent pas bien dormir. Un nouvel enfumage se pointe et certaines en douce  quitte le navire. Cela sonne un peu comme la fin de la rédaction d’ATV, ou bien c’est peux être tout simplement un tour de passe-passe pour ne pas payer certaines factures, WIPA oui mais Woui Pa payé !!! Il y a de quoi se poser des questions quand on apprend que l’avocate de Monsieur Jean-Michel HEGESIPPE n’est qu’autre que Maître CAMOUILLY la sœur de Gilles CAMOUILLY !!! Que vont décider les juges ? Affaire à suivre mardi prochain….

Sources

France Ô, la chaîne à 0 téléspectateur/http://www.lepoint.fr/medias/france-o-la-chaine-a-0-telespectateur-30-10-2014-1877001_260.php

France Ô, un amer cocktail/http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2014/12/12/france-o-un-amer-cocktail_4539881_1655027.html

France Ô se separe d’Eddy Murté/http://www.fxgpariscaraibe.com/article-eddy-murte-demissionne-de-france-o-80531259.html

Avignon : la société de Bernard Chaussegros perd de l’argent/http://www.midilibre.fr/2013/06/08/avignon-la-societe-de-bernard-chaussegros-perd-de-l-argent,712794.

 

Continue Reading

POLITIQUE

Alfred Marie-Jeanne sabote le transport TCSP  Par Jean-Marc  Fortuné

Published

on

By

Rédaction du Naïf : Président de Martinique Transport au conseil d’administration du 22 janvier 2018, il le dit entre les lignes. Le pauvre Louis Boutrin s’est ridiculisé en annonçant une ouverture de ce qui est devenu le monstre du Lochness kréol

LE DISCOURS DU SABOTAGE

« Je dois tout d’abord vous rappeler un certain nombre d’éléments qui sont prépondérants dans la décision que nous devons prendre sur ce dossier aujourd’hui. En ma qualité de Président de Région, j’ai toujours voté le budget primitif de la collectivité en décembre de l’année précédente.Pour l’exercice 2018, je n’ai pu le faire jusqu’à ce jour. Je vais le proposer au début d’avril 2018. La raison est simple, c’est que nous nous trouvons dans l’incapacité de l’équilibrer à cause d’un manque important de recettes et notamment la diminution des dotations de l’Etat, le transfert d’une partie du produit de notre fiscalité vers Martinique Transport et maintien des taux de fiscalité en l’état.

Je tiens à rappeler aussi que le projet de loi de finances 2018 a contraint les collectivités d’une certaine taille à prendre des mesures de mise en conformité de leur situation financière et comptable. En conséquence, augmenter la participation de la collectivité territoriale de Martinique au budget de Martinique Transport de 43 M€ à 70 M€, je préfère vous l’annoncer tout de suite : cela n’est pas possible ! A ce titre, il faudrait que chaque EPCI, représentée ici par leur président et par ailleurs, vice-président de Martinique Transport, prenne l’engagement d’augmenter leur contribution au budget de l’établissement pour l’exercice 2018.

A ma demande, des réunions de travail préparatoires sur la mise en service du TCSP et en prévision de notre séance du Conseil d’administration de ce jour ont été tenues les 11 et 12 janvier 2018. Une offre de service et une nouvelle grille tarifaire s’approchant des augmentations qui étaient censées être commandées par la CACEM en 2015 et 2017 lui ont été proposées. Ces informations vous ont été transmises pour examen aujourd’hui.

Parallèlement, des éléments d’explication quant au coût présenté pour la marche à blanc ont tenté d’être obtenus. Des questions précises ont été formulées par écrit à l’attention du délégataire et singulièrement de la CFTU. Sans grand succès. En retour, la réponse de la CFTU nous a transmis une nouvelle proposition et très peu de justificatifs ont été remis et il semble que pour tenter de comprendre les coûts annoncés, nous tournions en rond. Nous sommes toujours dans l’opacité. Suite à la marche à blanc, le délégataire annonçait un coût d’exploitation annuel de l’ordre de 13,5 M€ et un déficit de 12,78 M€.

Sur la base de l’offre de service travaillée et la nouvelle grille tarifaire, ce coût d’exploitation oscille maintenant entre 14 et 15 M€, et le déficit d’exploitation varie entre 13 et 14 M€. Les recettes sont plus que minorées, et ne tiennent pas compte du rabattement des passagers conduits par les taxis collectifs aux différents pôles d’échange. Ces charges étaient déjà insupportables pour Martinique Transport sur la base des coûts et du déficit de la marche à blanc, elles le sont encore moins avec la proposition technique et financière de la CFTU, avec des recettes minimalistes mais des dépenses bien maximisées. A titre d’exemple, ce ne sont pas moins de 104 personnels qui devaient être embauchés pour le fonctionnement des 2 lignes du TCSP suite à la marche à blanc. La nouvelle offre propose 14 recrutements supplémentaires, soit 10 chauffeurs et 4 électromécaniciens (on en est maintenant à 1 électromécanicien par bus !), c’est-à-dire 118 personnes que l’on devrait embaucher pour exploiter commercialement le TCSP.

Messieurs les Présidents de la CACEM, de l’Espace Sud et de Cap Nord, j’attends particulièrement vos positions sur ce dossier et vos propositions financières qui serviront à bâtir le budget primitif de Martinique Transport que nous devrons examiner au mois de mars prochain, pour respecter les statuts et qui devront s’inscrire dans la durée. En l’état, en ma qualité de Président de Martinique Transport, je refuse d’accepter ces offres. Fort-de-France le 22 janvier 2018 »

NDLR : Ce projet commencé par sa volonté mais inachevé et finalement mis en place par Serge Letchimy le rend fou. Pauvre Martinique .Heureusement que nous ne sommes pas un Pays indépendant avec à la tête un fou pareil.

 

 

Continue Reading

EDITO

L’assassin Coulibaly est la référence de Raphaël Confiant par Ti-kourilet

Published

on

By

Rédaction. TIKREOLKOURILET : Face d’ananas Raphaël Confiant disait dans montraykréol: « Il est vrai qu’il y a un an et demi, CHAUVET était déjà allé porté plainte à la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » sur les ondes d’une télé-poubelle locale, contre Raphaël CONFIANT au motif que ce dernier l’aurait « menacé de mort » !!! CONFIANT avait été traîné au commissariat de Fort-de-France où on lui avait pris photo de face et de profil, empreintes digitales et empreintes ADN en lui déclarant que s’il arrivait la moindre chose à CHAUVET, il serait le premier suspect. » Camille Chauvet avait porté plainte contre cette pompe à merde qu’est Raphaël Confiant qui menaçait de le « coulibaliser ». Coulibaly , c’est le nom du terroriste, assassin de la policière martiniquaise. Aujourd’hui, c’est le pseudo vertical aux mains pas encore lavées dans cette Parrot, Alfred Marie Jeanne qui fait intervenir la police française, qu’il qualifie régulièrement de « colonialiste » dans sa radio RLDM contre des salariés de la CTM. Ces travailleurs dénoncent un élu Louis Boutrin qui perd toutes mesures. C’est dans ce contexte que BNA, député maire de Sainte-Marie victimes d’insultes et menacé décide symboliquement de mettre dans un charnier  le ptit père Alfred et ses courtisans. Ce Confiant dans son blog MontrayChauvet dénonce BNA. Quel toupet !

CHARNIER ET COULIBALISER 

C’est ce même acnéique surpris en sauteur de brebis derrière la distillerie de son grand-père qui menaçait de  « coulibaliser » Camille Chauvet qui hurle contre Brunot Nestor Azérot .Ce dernier dans sa campagne électoral dit  vouloir mettre dans un charnier les insulteurs de la CTM et le premier d’entre eux le p’tit père Alfred.Mettre. Le « charnier », et « coulibaliser » voilà la violence  circulaire dont parlait Frantz Fanon.Vraiment ce stakonoviste de l’écriture obsédé par la notoriété de Chamoiseau fait une fixation sur Camille Chauvet dont lui seul sait pourquoi.En tout cas, c’est bien l’Etat Islamique de « Coulibaly » model de Raphaël Confiant qui a laissé un charnier de 100 corps humains décapités près de Mossoul. Il devrait méditer et freiner sa grasse imbécilité.

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.