Connect with us

SOCIETE

MALAISE DANS L’ÉDUCATION NATIONALE . Par Edouard de Lépine

Published

on

Pas de bwa-bwa dans l’Éducation Nationale ! Que les bouches s’ouvrent ! Que se passe-t-il donc dans l’Éducation Nationale ? Jusques à quand le Rectorat abusera-t-il de notre patience et de notre refus de jeter de l’huile sur le feu en portant sur la place publique les errements, les abus et les dysfonctionnements de plus en plus fréquents que l’on observe dans ce milieu ?
J’ai vu avec intérêt dans l’Express (14.04) et dans Le Monde (14.04) le palmarès des établissements français publics et privés en 2009 et lu avec attention dans France-Antilles (16.04) les performances de nos lycées et les brefs commentaires qu’elles ont inspirés à notre Recteur au cours d’un entretien accordé à Jean-Marc Atsé.

L’un et l’autre ignorent apparemment le malaise profond qui n’affecte pas seulement les personnels de direction de quelques établissements, comme maladroitement exprimé dans le titre du papier paru dans Le Naïf et dans Politiques Publiques, mais l’ensemble de la communauté scolaire, en premier lieu le personnel enseignant, bien entendu, mais aussi les élèves et leurs parents. Ce malaise n’est peut-être pas totalement étranger aux résultats obtenus par nos élèves et par leurs professeurs.

Nous y reviendrons en temps utile à propos de la solution envisagée par le principal responsable de l’éducation dans notre pays pour corriger les enfants gâtés que nous sommes à ses yeux. Nous occupons le 5e rang des quelques 30 académies françaises quant aux moyens mis à notre disposition mais la trentième ou la vingt neuvième place pour les résultats obtenus par nos enseignants et par leurs élèves.

Pour améliorer nos performances, il faudrait, paraît-il, commencer par nous mettre au travail en réduisant sensiblement nos moyens pour les situer au niveau de ceux des académies de l’Hexagone. Autrement dit, pour en finir avec les privilèges injustifiés et en tout cas immérités dont nous aurions largement bénéficié, il conviendrait de renverser les rapports actuels moyens/ résultats. Qui sait s’il ne suffirait pas de nous placer au 29e rang pour les moyens pour nous inciter à viser la 5e place pour les résultats ?

La note que nous publions aujourd’hui circule dans le petit monde de plus en plus fermé des salles de profs, peut-être même dans quelques salles de rédaction. J’ai tenu à vérifier chacune des informations qui y sont contenues sans qu’aucun responsable syndical n’ait cru devoir interpeller les autorités, ni qu’aucun journaliste ne s’en soit inquiété, ni qu’aucun homme politique ne s’en soit ému.

De Marius Hurard, le jeune président de notre Conseil Général et père du premier Lycée de la Martinique (Saint-Pierre 1881) à Césaire, notre premier Normalien (1935) et le père de la nation martiniquaise, qui n’a jamais eu droit à autant d’égards que depuis sa mort, en passant par Sévère, Lagro ou Monnerot, l’éducation a tenu une trop grande place dans les préoccupations de nos responsables politiques pour que nous nous résignions à la discrétion de nos élus sur un sujet qui a été au cœur de l’histoire de notre pays.

Nous commençons ici la publication d’une série de documents, pas tous inconnus, autour desquels il semble se développer une inquiétante conjuration du silence et de la peur.

Plus les enseignants et leurs syndicats hésiteront à prendre l’initiative de porter eux-mêmes devant l’opinion les dérives autoritaires et comportements de plus en plus insolents, pour ne pas dire de plus en plus ignobles, de petits caïds confortablement calfeutrés dans des sinécures où ils semblent bénéficier d’une sorte de privilège d’exterritorialité, d’où ils distribuent selon leur humeur les bons points et les amendes, les récompenses et les punitions, plus ce pays risque de voir compromettre l’avenir de ses enfants en même temps que le prestige d’une institution, l’ÉCOLE, dont le respect et le culte dont elle a été constamment l’objet depuis plus d’un siècle, constituent le caractère le plus original et le plus sacré de l’histoire de ce pays.
Auteur : Jean Jack LAPORTE

Continue Reading
11 Comments

11 Comments

  1. un prof

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    Les premiers peignes culs sont les syndicalistes: Tous de la CSTM de Marie-Jeanne au SNES pro Letchimy ils sont en connivence pour leur carrière avec les autorités rectorales.Regarder comment nos syndicalistes passent à la hors classe avec facilité.La combine vous ne le dites pas monsieur délépine commence avec la nommination du proviseur au Lycée Schoelcher ,un « pôte » de l’élu régionale chargé de l’Education à la Région . Après la bande à l’ignare Soumbo voilà les « pôtes » de de monsieur madianna. …

  2. Édouard de LÉPINE

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    Laporte est sans doute mieux informé que moi. Je ne connais pas les amis de Serge Letchimy au SNES. J’ai cru comprendre que le futur proviseur du Lycée Schoelcher, bien avant la réunion de la Commission qui devait en décider et par conséquent bien avant l’élection de Letchimy au Conseil régional, se disait sûr de sa nomination à ce poste. Je suis preneur de toute information, vérifiable, concernant cette nomination à la direction d’un établissement qui symbolise tout ce que représente l’École dans notre histoire..ÉdL

  3. LAPORTE

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    Monsieur Delepine,dans votre empressement vous vous êtes trompé, J J Laporte c’est celui ui met en ligne votre texte et n’a rien à voir avec le commentaire N°1 de votre article envoyé par UN PROF. Désolé pour vos insuffisances sur le fonctionnemnt de la tolie. A bientôt.

  4. Un Prof

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    Moi aussi je suis enseignant comme vous monsieur Edouard Delépine.Le problème est que vous avez laissé la Martinique aux français installés aux commandes de toutes les administrations et ce qu’ils font aux Rectorat de Terreville ne gêne pas votre député Serge Letchimy qui lui fait des mamours dans son bureau comme le faisait hier le faux chabin Alfred Marie-Jeanne.Les deux autres députés sont des ectoplasmes .Monsieur EdL nous vivons dans une société matérialiste, dite de consommation, qui cultive des valeurs en contradiction avec celles de l’école : l’argent facile, le règne de l’éphémère, l’individualisme. Les médias de leur côté fonctionnent à la lumière de l’audimat, prônent le paraître, vulgarisent la culture jusqu’à la caricature, dévalorisent l’adulte dans les publicités visant les enfants, mais aussi le goût de l’effort, font l’apologie inconsciente (passive) de la violence. « Internet » propose des sites soi-disant pédagogiques de bas étage qui offrent même de faire les devoirs, etc…L’Ecole doit développer chez les jeunes l’esprit critique et faire d’eux des citoyens responsables. Elle va donc à contre-courant et doit résister à l’environnement extérieur jugé « hostile ». D’où les difficultés qu’elle rencontre. Sinon il va falloir redéfinir clairement la mission que la nation veut lui confier, pour tenir compte de l’évolution de la société dans laquelle elle est immergée ?Enfin l’école est un lieu de contraintes : apprentissages et règlement. Comment les rendre supportables, acceptables pour les élèves alors que la société met souvent en avant ceux qui réussissent sans diplômes et que notre quotidien est plein de ceux qui détournent, voire enfreignent, la loi ?Par exemple ceux qui volent l’argent public !!!! ou travaillent grâce aux parents ou amis des parents dans le système politique.Vos débats du passé avec les Hurrard et autres rien à foutre le présent doit être géré sans sanglots du passé.

  5. muguette

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    la réalité est très grave dans ce paysje ne sais si les syndicats ont pris l’ampleur du désastrecertains enseignants se battent seuls pour se faire respecter les syndicats réagissent de temps en tempsil faut d’une vraie mobilisation : des enseignants sont prêts et ceci avant la fin de l’année scolairenous nous sommes battus pour l’antillanisation des chefs mais nous le payons très cher,

  6. Édouard de LÉPINE

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    Je ne vois pas comment on peut se défendre en dehors des syndicats. Quels que soient leurs défauts actuels, il faut commencer par les investir massivement. Des syndicats qui ne comptent que 15 ou 20 % de ceux qu’ils doivent défendre seront toujours à la merci de petits chefs qui auront toujours de quoi les acheter. Tous aux syndicats, c’est aujourd’hui le seul mot d’ordre juste chez les enseignants mais pas seulement chez eux d’ailleurs.

  7. La chanson du cabinet

    30 mai 2013 at 12 h 09 min

    LA CHANSON LA PLUS CHANTE AU CABINET DU RECTEUR DE L’ACADEMIE DE MARTINIQUECe soir, je serai la plus bellePour aller danserDanserPour mieux évincer toutes cellesQue tu as aiméesAiméesCe soir je serai la plus tendreQuand tu me dirasDirasTous les mots que je veux entendreMurmurer par toiPar toiJe fonde l’espoir que la robe que j’ai voulueEt que j’ai cousuePoint par pointSera chiffonnéeEt les cheveux que j’ai coiffésDécoiffésPar tes mainsQuand la nuit refermait ses ailesJ’ai souvent rêvéRêvéQue dans la soie et la dentelleUn soir je serai la plus belleLa plus belle pour aller danserTu peux me donner le souffle qui manque à ma vieDans un premier criDe bonheurSi tu veux ce soir cueillir le printemps de mes joursEt l’amour en mon cœurPour connaître la joie nouvelleDu premier baiserJe saisQu’au seuil des amours éternellesIl faut que je sois la plus belleLa plus belle pour aller danserQUI CHANTE ?

  8. JE VOUS DIT

    30 mai 2013 at 12 h 10 min

    Si vous payez la somme ,alors je vous dit le nom de notre chanteuse car la belle est talentueuse et a réussie son plan de carrière .Vous êtes de petits merdeux jaloux et envieux. Votre mère vous a donné de boutique… que vous soyez femelle ou mâle vous avez votre boutique…à vous de trouver vos clients.

  9. toctoctocquiestla

    30 mai 2013 at 12 h 10 min

    Quelle belle chanson!!! le recteur MORABITO a eu droit aussi à cette jolie mélodie! Et du coup tout s’est accéléré pour la petite dame boudinée aux corsages saillants. Hors classe rapido, DIRCAB comme ils disent sur les hauteurs de Terreville, et ingénieur (oui oui!!! sans qualif bientôt avec hors classe avec le nouveau recteur). La boutique se vend bien et doit être pleine de bonnes choses pour les recteurs coquins de l’Académie de la Martinique.Delepine, le sauveu,r occupes toi aussi du sort des petits fonctionnnaires et contractuels catégorie C, qui travaillent la haut, car cette dame est INDIGNE avec eux!! Ah, pour ta gouverne saint DELEPINE, elle, elle est bien MARTINIQUAISE et t’en fait quoi de la dignité des martiniquais!!!!

  10. kandid

    30 mai 2013 at 12 h 10 min

    Merci E DELEPINE de nous informer sur ce qui se passe à TERREVILLE , sur la manière de promouvoir les chefs. AINSI donc, les places se partagent au RECTORAT entre quelques cadres métropolitains avides de pognon et quelques martiniquais et martiniquaises qui baissent leur froc et qui  » soussent  » pour grimper.SIGANOS, que vas tu faire ?

  11. NEG MARRON 972

    30 mai 2013 at 12 h 10 min

    D;ans l’Academie MARTINIQUE le systeme dominant est celui de Omerta.Cela dure,parce cela arrange beaucoup de monde.Aux ANTILLESon est friand des ces comportements venus du sud italien…Pas vu pas pris…Jusqu’au jour ou les choses prennent une tournure différente…C’est dans ce décor qu’a grandi notre héros PHAT PONG …Il a su s’adapter tres vite a toutes les situations ce qui lui a permis une ascencion rapide et dans la discrétion . Remarquez c’est peut etre un trait de la culture asiatique, jamais interrogé par les médias locaux.Pourtant,il a plus d’influence que les recteurs eux-memes.D’ou tient -il de telles prérogatives,en homme avisé il a au fil des années tissé sa toile au sein de l’INSPECTION GÉNÉRALE…I P R de vie scolaire,il a sous son controle les cpe,l’évaluation des personnels de direction,le recrutement des personnels de direction(il a les yeux et les oreilles de l’Adminisration Générale…) .Deux remarques,on observeque dans l’Académie MARTINIQUE une `évolution vertigineuse du recrutement féminin…peut etre que les  »massages THAI » se vendent bien…Autre élement,les mutation des PD,c’est le principe : »dernier arrivé,premier servi »…En guise de conclusion,je me permet de proposer a monsieur l’IPR de vie scolaire une etude de cas parmi tant d’autres:’ Vous etes Personnel de direction dans établissement du Nord atlantique,en pleine session du Baccalaureat,les professeurs chargés du secrétariat d’examen vous informe d’une irrégularité:le proviseur-adjoint de l’établissement s’est rendu coupable d’une falsification de notes au profit de son fils candidat aux examens.Quelle sera votre attitude.Quelles sont les mesures que vous serez amené a prendre face a cet évenement.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

ECONOMIE

La France va consolider sa présence en Guyane Par Robert TOMICHE

Published

on

By

Rédaction du Naïf: Les extraits de cette ITW de Francis Perrin directeur de Recherche à l’IRIS  devrait faire comprendre aux Guyanais que la France va consolider sa présence en Guyane et 500 ou 1000 frères ne pourront pas résister au monstre colonial

L’HULOT LIGOTE : L’écolo Hulot hurle la fin des hydrocarbures d’ici 2040,  si la loi est votée, ce qui ne fait guère de doute, la Guyane ne pourra plus exploiter de pétrole après 2040, ni accorder de nouveaux permis d’exploration. Or en 2000, la loi d’orientation des Outre-mer avait pourtant prévu le transfert de la compétence à la Guyane pour développer et renouveler les titres miniers en mer. Les différents gouvernements  ont traîné les pieds. En 2014 et en 2016, le conseil d’Etat a rappelé à l’ordre le gouvernement, sans succès. Il fallait un décret d’application qui n’a toujours pas été signé. Si les gouvernements précédents avaient respecté la loi, la collectivité territoriale de Guyane aurait eu la possibilité de renouveler le permis de Total. Elle aurait aussi pu accorder des permis à d’autres compagnies pétrolières.

Cela fait 17 ans que l’on balade la Guyane ! Même si Nicolas Hulot a indiqué le 4 octobre 2017 que la compétence serait transférée. Toutefois, le ministre de la Transition écologique a quand même prolongé le permis d’exploration de Total. En tant qu’écologiste, il aurait pu en décider autrement…

TOTAL:Que va-t-il se passer maintenant si Total trouve du pétrole dans ce contexte de fin de la production des hydrocarbures en France ? Si Total trouve du pétrole et surtout s’il y en a suffisamment pour que la production soit rentable, la compagnie pourra l’exploiter. Elle devrait le savoir d’ici à 2020. L’entrée en production pourrait débuter en 2024-2025. On sait qu’il y a du pétrole depuis 2011 dans cette zone, de manière sûre. Ce n’est pas de la science-fiction. Mais il faut trouver des réserves importantes pour assurer une rentabilité, d’autant plus qu’on est en mer profonde avec des coûts de production très lourds. Total est une société privée et vise avant tout une exploitation rentable.

L’ETAT COLONIAL FRANCAIS: A l’Assemblée nationale, le projet de loi hydrocarbures a fait l’objet d’un amendement gouvernemental qui a été voté qui stipule que Les concessions prendront fin en 2040 « sauf dans un seul cas bien précis: si l’industriel peut prouver que cela ne couvre pas les frais engagés ». Est-ce que cela concerne le permis Guyane maritime ?

Si Total trouve du pétrole et que c’est rentable, la compagnie le saura assez vite. Certes cela ne se fait pas en trois jours, mais en deux-trois ans, Total saura si la production pourra se faire ou pas. Cela fait partie des procédés bien connus de l’industrie pétrolière mondiale. Ainsi si la production débute autour de 2024-2025, en 15 ans d’exploitation cela ne peut pas ne pas être rentable.

L’Etat colonial Français se rends bien compte qu’ Exxon Mobil a trouvé du pétrole au Guyana, Total investit au Brésil, c’est clair que la région semble très riche en pétrole. Il est certain que la région sur le plan géologique est riche en pétrole, avec des quantités importantes. Non loin du Venezuela, premier détenteur de réserves pétrolières au monde devant l’Arabie Saoudite. Adossé au Brésil, puissance montante dans ce secteur. Au Guyana, le groupe américain Exxon Mobil a fait des découvertes importantes. Une estimation de 2 à 3 milliards de barils de pétrole (120 000 baril par jour).

La production devrait intervenir à partir de 2020 en mer profonde. La première compagnie mondiale pétrolière (Exxon Mobil) va investir 4,4 milliards de dollars pour développer cette découverte. Ce n’est pas un petit gisement ! Il y a aussi de l’exploration au large du Suriname avec Exxon Mobil et la compagnie Tullow oil. Cela incite donc Total à poursuivre la recherche au large de la Guyane.

La France de droite ou de gauche ne va pas brader le morceau Guyanais.

Source IRIS.

Continue Reading

SANTE

Règlements de comptes chez les vétérinaires Par Max Gaspardy

Published

on

By

Rédaction du Naïf. Tous les téléspectateurs de Martinique Première ont encore en mémoire le reportage de « la chabine » Cécile Marre sur le monde des vétérinaires. Bien sûr, sans surprise elle avait choisit de démolir un camp. C’est son droit. Un des vétérinaires mis en cause  le Dr G.GAUBE a adressé au rapporteur de CROV.

Chère consœur, Notre pratique est à dominante chirurgicale et nous n’en faisons pas mystère. Nos clients le savent bien. Notre préférence va, parmi d’autres, au CHV FREGIS pour notre pratique. (http://www.fregis.com) Le Dr O… m’a fait part de vos interrogations sur l’opération de Zepp et sa fréquence de réalisation (2 par mois) en particulier. Si je me réfère à mon expérience familiale en médecine humaine, l’otologie est la science des ORL (du chirurgien par conséquent) plutôt que celle des dermatologues.

L’OPERATION DE ZEPP

Pour ce qui a trait précisément à l’opération de Zepp, nous nous basons, particulièrement pour la partie en langue française, sur les publications du Dr BARDET de Neuilly /Seine dont l’expérience d’enseignant à Alfort et aux Etats-Unis, ainsi que les 1200 communications et publications scientifiques témoignent de compétences hors normes. Ce dernier est univoque en la matière et sa publication sur la chirurgie ORL on ne peut plus éloquente. Je vous transmets le lien internet du site du Dr BARDET qui ne saurait être taxé d’amateurisme ou de vouloir escroquer le public.

(http://www.clinique-veterinaire-bardet.com)

Concrètement, nous nous contentons donc de mettre humblement à la disposition du public martiniquais ce qui se fait de mieux et fait autorité en matière de traitement chirurgical de pathologies récurrentes. A moins qu’une solution thérapeutique qui passe pour recommandée (voire excellente) à Paris ou aux Etats-Unis ne cesse de l’être en Martinique… Étant apparemment et probablement les seuls en Martinique à pratiquer ces types d’interventions:

(Opération de Zepp http://www.clinique-veterinaire-bardet.com/articles/3_chirurgie_oreille.html,

Chirurgie du voile du palais http://www.fregis.com/infos_sante_pathologie_chien_detail.php?id=1,

Exérèse des glandes anales http://www.fregis.com/infos_sante_pathologie_chien_detail.php?id=5, etc…), les clients, éclairés par la consultation des sites de la clinique BARDET et du CHV FREGIS, font appel à notre savoir-faire chirurgical.

DETRACTEURS ET IMMOBILISME SCIENTIFIQUE

Qu’y pouvons-nous? A contrario, nos détracteurs (dont le président et le trésorier de l’AVM, i.e. Association des Vétérinaires de la Martinique) ont déclarés publiquement, le 28 août 2017 dans un reportage télévisé, qu’ils ne connaissaient ni l’étendue des indications, ni la pertinence des interventions en question, alors que la journaliste leur a laissé 6 mois pour potasser le sujet…Cette leçon d’immobilisme scientifique à destination du grand public nous a laissés perplexes…d’autant qu’elle est condamnée par le code de déontologie. La méconnaissance ne devrait pas, selon nous, conduire à la négation médiatisée des progrès des sciences vétérinaires.Accessoirement et bizarrement, tout le monde tient maintenant pour acquis que les présidents de l’AVM et du Conseil de l’Ordre ne font qu’un…Nous espérons donc patiemment un démenti de l’instance ordinale pour rétablir la vérité aux yeux du public.

Bien cordialement et confraternellement.

Dr Gérard GAUBE.

PS: Autres liens utiles: http://www.michigananimalhospital.com/page/490551594

http://marvistavet.com/lateral-ear-resection.pml

https://www.vetebrasseur.be/chiens/chirurgie-les-glandes-anales-du-chien.html

NDLR: Notre enquête continue surtout sur le reportage de la « chabine » de Martinique première. C’est vrai qu’elle se prend parfois pour un vétérinaire en se déguisant d’une tenue blanche. Nous avons pu avoir ce texte dans le cadre de cette enquête qui se poursuit, car nos avons également vu un site ou un vétérinaire est accolé à un site de libertinage.

Rédaction du Naïf: Camille CHAUVET

Continue Reading

EDUCATION

Les dessous de l’ex-UAG Par Ti-Kourilet-Kreol

Published

on

By

Un observateur de la vie universitaire nous fait l’analyse de la situation de l’ex-UAG au lendemain de la fuite de Koko Kast. Les faits sont d’une lucidité qui donne froid dans le dos.

QUI SONT CEUX QUI MENENT LE BAL ?

A l’observation dès le lendemain des départs curieusement simultanés de l’éphémère Présidente Corinne Mencé-Caster et du Doyen face d’ananas Raphaël Confiant un petit groupuscule d’individus assoiffés de pouvoir, tous en activité sur le Pôle Martinique. Il semblerait s’être donné pour mission gêner le bon fonctionnement des restes de l’UAG dénommé l’Université des Antilles afin d’aboutir à la création de l’Université de Martinique.

QUI AURAIENT CE PROJET ?

Par leur opposition à l’autorité du nouveau président, les choses vont se préciser dans les jours qui viennent. Le noyau de ce groupuscule semble articulé autour de six personnes bien en avant et en sous main le troller kréol R. Confiant.

LE SEXTET KOKO KAST

Cela vous amuse. Oui c’est un sextet qui joue un morceau de musique diabolique mis en partition depuis Paris. Ces six musiciens sont les débris de la garde rapprochée de la présidente autodéchouker CMC :
– Un Guadeloupéen (maître de conférences non habilité à diriger des recherches) venu par droit d’option en Martinique depuis le pôle Guyane, ex-directeur de l’Institut d’études supérieur de Guyane (IESG) du Pôle Guyane destitué par arrêté ministériel. Cette personne aurait influencé le processus de destruction du pôle Guyane qui a amené à la création de l’Université de Guyane.
– Un syndicaliste métropolitain, maître de conférences à la faculté LSH de Martinique, du même syndicat que CMC.
– Un personnel administratif du pôle Martinique, ancienne responsable administrative de l’IUT de Martinique. Actuellement élue au Conseil d’administration de l’UA.
– La vice-présidente du pôle Martinique, maître de conférences non habilitée à diriger des recherches, élue au conseil d’administration de l’UA.
– Une doyenne de faculté du pôle Martinique, Professeur d’espagnol, très proche de CMC, élue au conseil d’administration de l’UA.
-Un professeur de Physique métropolitain venu par droit d’option du pôle Guyane ami proche de l’ancien directeur de l’IESG destitué.
Ce sont ces musiciens qui jouent l’hymne de la séparation, et bien sûr en douce le blog Montraykréol fait la sono.

MAIS QUE DEVIENT CETTE EX-UAG DEPUIS LA FUITE DE KOKOKAST ?

Depuis le jour de l’élection du Professeur EUSTASE JANKY à la tête de l’UA, ces six personnes ont déployé une énergie considérable à tenter de déstabiliser l’établissement afin de le détruire de l’intérieur. Quelques exemples de leurs activités déstabilisatrices : Pour les trois d’entre eux élus au conseil d’administration : refus de voter pour un des tours candidats guadeloupéens à l’élection présidentielle de janvier 2017. Durant les trois tours, ces trois personnes plus 4 autres alliés ont voté blanc le but étant d’empêcher les candidats d’atteindre la majorité absolue, de rendre infructueuse l’élection et de permettre à un proche de la présidente déchue CMC de se présenter.
Dès l’élection du Professeur JANKY, mise en place de barrages et tentatives de grèves (Pour des motifs dénués de bon sens) par le Guadeloupéen venu de Guyane. Poubelles renversées, tracts, etc. Face à la grogne des étudiants lui et ses complices (la doyenne de faculté était en bonne place sur les barricades) ont dû reculer et abandonner cette action aussi incompréhensible qu’irréfléchie.

COMMENT AGIT CE SEXTET ?

Ils rencontrent certains élus Martiniquais (Parlementaires et élus de collectivités) et les documents fournis nourrissent une opposition stupide entre Martinique et Guadeloupe. L’affaire CEREGMIA ne suffisant plus il faut trouver autre chose : « les méchants guadeloupéens veulent détruire la Martinique. » C’est donc sur fond de haine anti-guadeloupéenne que ces personnes prêchent et tentent de monter les élus martiniquais contre le président JANKY et la Guadeloupe en général. Depuis toutes les occasions sont bonnes pour perturber la tenue des différents conseils statutaires de l’établissement, des assemblées générales où toutes sortes de mensonges sont véhiculés sont organisées par ses personnes avec l’aide de quelques syndicalistes. La désinformation et la propagande sont devenues un mode de fonctionnement, hérité de l’ex-présidence .

Propos recueillis par Ti-Kourilet-kréol

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.