Connect with us

CULTURE

MARIO MOREAU ENTRE MENSONGE ET MECHANCETE

Published

on

Le Président de cette importante association culturelle Tanbou Bô Kannal de Fort-de-France, Mario Moreau, exprimait la semaine passée dans le quotidien France-Antilles son amertume de n’avoir pas obtenu le soutien attendu de la Région Martinique pour accompagner l’Equipe de Martinique à la Gold Cup. Mario Moreau surprend tout le monde en attaquant  le Conseil Régional en accusant l’Institution d’avoir manqué à ses engagements.                                                           .                                                                                                              

La demande de Tambou Bô Kannal n’a pas été adressée en avril comme le prétend le Président de l’Association, Mario Moreau mais par courrier daté du 6 juin 2013. Elle n’est parvenue à la Région que le 10 juin suivant et portait sur une participation régionale de 49 200 euros pour réaliser une animation dans le cadre de la Gold Cup, dont le premier match impliquant la Martinique avait lieu le 7 juillet 2013.

A la demande du Président du Conseil Régional, la requête de l’association a fait l’objet d’un traitement exceptionnellement rapide, puisque reçue en Région, le 10 juin, elle a été instruite à la première commission sectorielle programmée, pour un passage en suite devant la Commission permanente  dès le 25 juin. L’instruction de ce type de demande est de 9 semaines en moyenne   .

Comment pouvait-il penser que la Région Martinique financerait à 100% un tel voyage !!! Pourquoi TBK aurait-il un traitement de faveur ? Les disponibilités budgétaires et des règles d’attribution en usage, la commission sectorielle « Culture » a proposé une contribution régionale de 12 000 euros. Sur proposition des membres de la Commission Permanente, conscients des efforts de cette association pour favoriser le lien social auprès de la jeunesse martiniquaise, le montant a été réévalué à la hausse et porté à 20 000 euros. A l’occasion de cette même séance de la Commission permanente, l’association recevait en plus, un aide de 7 000 euros pour la célébration de son 40ème anniversaire.

27 000 euros et notre  Mario n’est pas satisfait !!! et il  profite pour régler ses comptes pour salir la majorité régionale. Allez savoir pourquoi ? L’historique des aides de cette association montre bien que par le passé Mario Moreau avait le verbe bien bas !!! C’est bien triste tout cela moins que cela ne cache un mécontentement lié autre chose.

En tout cas, Mario Moreau est un sacré menteur et le Conseil Régional ne peut être mis en cause pour « non respect de ses engagements », ni pour un quelconque délai de traitement jugé trop long au vu des éléments exposés ci-dessus. Un regard sur l’aide régionale de la majorité actuelle sur l’espace de rayonnement de TBK devrait le conduire à beaucoup plus de discrétion surtout lui.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

CULTURE

AIMÉ CÉSAIRE ÉCRITS POLITIQUES

Published

on

By

AIMÉ CÉSAIRE ÉCRITS POLITIQUES

Discours à l’Assemblée nationale 1945-1983:Aimé Césaire a toujours mis l’incandescence de son verbe au service de l’engagement politique. Il est en effet difficile de trouver dans le champ littéraire, un homme dont la conscience soit aussi puissamment ancrée dans l’Histoire et qui, dans l’accomplissement de son destin, mêle avec autant de rageuse conviction l’éclat du verbe et l’ardeur de l’action. Jamais, autant que dans ses discours officiels, la magie du verbe césairien n’a revêtu une telle présence dans l’action, jamais l’élan poétique n’a autant fait corps avec l’élan politique.

Premier volume présenté et établi par René Hénane

Série dirigée par Édouard de Lépine et René Hénane

Nouvelles Éditions Jean Michel PLACE

Continue Reading

CULTURE

LE PHARE FRANKETIENNE Par Michel GENSON

Published

on

By

Par LU POURVOUS du Naïf /Source le Républicain Lorrain : La carrure est impressionnante, l’œil acéré, la parole enjouée. Frankétienne, figure majeure de la littérature haïtienne, pourrait bien un jour se voir décerner le prix Nobel.

« Ma naissance a été exceptionnelle. Elle est liée à la rencontre insolite d’un Blanc d’origine juive, âgé de plus de soixante ans, avec une petite paysanne de quatorze ans qui vivait dans le bas-Artibonite, dans une section rurale, dénommée Ravine Sèche. Elle a été adoptée par le Blanc, qui était P.D-G d’une société de chemins de fer. Il s’appelait Benjamin Lyles et le nom de ma mère, c’est Annette. Le couple Lyles ne pouvait pas avoir d’enfant. Ma mère s’est trouvée enceinte, on me dit que c’est un viol, je ne sais pas, je ne veux pas fictionner. C’est tellement complexe, la rencontre des hommes et des femmes… » Jean-Pierre Basilic Dantor Franck Étienne d’Argent redit l’histoire de ses origines, et ajoute, le regard soudain plus intense : « Ça a été une violence, bien sûr, au début, mais je l’ai dépassée. Maintenant c’est une jubilation (rire). Après tout, c’est l’acte fondateur de l’homme Frankétienne, du citoyen Frankétienne, de l’artiste Frankétienne. Je n’avais pas le choix, c’était surmonter ou crever. »

Formidable personnage que celui qui peut s’enorgueillir d’avoir été désigné « Trésor national vivant » dans son pays d’origine (la tradition japonaise a été adoptée en Haïti) ; d’être, à soixante-dix-sept ans, régulièrement cité parmi les possibles nobélisables. Et, peut-être surtout, d’être regardé par les siens comme une sorte de phare, de totem incontournable. On a beaucoup rapporté l’anecdote née dans le terrifiant tumulte qui a secoué Port-au-Prince, en janvier 2010. Les amis de Frankétienne vont à sa maison, inquiets, ils voient de loin des murs effondrés. Mais les habitants du quartier les rassurent par des cris, « Le poète est là ! Le poète est vivant ! » Figure tutélaire donc, Frankétienne, grand lecteur de Rimbaud et de Lautréamont, charrie depuis toujours dans ses toiles et ses écrits une force torrentielle, de mots et de couleurs, de beauté rageuse et de révolte. Poète, romancier, dramaturge, professeur, conférencier, mais aussi comédien, musicien, conteur, il tonne, déborde, éclabousse la création caribéenne de ses talents multiples. Pour avoir survécu à la misère, à la dictature – il est le seul parmi les grands intellectuels haïtiens à être resté en Haïti tout au long de l’ère Duvalier –, aux fracas meurtriers de la nature, il reste un immuable symbole de résistance. Son tout premier roman, Mûr à crever, écrit en 1968, vient de trouver un éditeur français.

L’homme se présente un peu comme un ogre barbu. A première approche fermé, bourru. Dix minutes de conversation le montrent complice, amical. Le parcours de Frankétienne n’a pas été sans heurts. L’enfance pauvre, moquée, une peau blanche difficile à vivre dans le quartier populaire de Bel Air. Des études dans une école religieuse. Et très vite une immense capacité à l’éruption, à la transgression, dans ce qu’il dit et écrit. « La place de l’écrivain est très spéciale en Haïti, commente-t-il. Comme s’il était investi d’un devoir d’urgence vis-à-vis de la société. Sa parole est attendue dans les moments de crise et de grave danger. »

Tout au long de sa route, il mêlera son destin à celui de son peuple, un peuple qu’il ressent intimement, jusque dans ses fibres et ses croyances. Ainsi – lui qui se dit grand mystique, mais sans appartenance à aucune religion – à propos du vaudou : « Tout Haïtien porte au fond de lui la sensibilité vaudou. Le vaudou, ça n’est pas seulement une religion. C’est une cosmogonie, une manière de penser, un mode de vie. C’est l’échange, le partage, le coumbite, quand les paysans vont travailler une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre ». Sur le même thème, il s’enthousiasme devant la faculté de résistance de ses concitoyens confrontés à l’intolérable misère : « Que l’on prenne les États-Unis ou n’importe quel pays d’Europe, jamais les gens ne pourraient y supporter une seule journée de ce que vivent les Haïtiens, sans eau ni électricité. Ce n’est pas de la résignation, c’est une attitude philosophique, faite d’autodérision, de sagesse face à la vie, sans avoir lu ni Nietzsche, ni Heidegger […] Chez ceux qui n’ont pas été touchés par l’occidentalité, il y a un dialogue permanent avec les dieux et avec les morts. Les morts qui ne sont pas morts. Il n’y a aucune différence entre le réel et l’imaginaire. Ils n’ont pas attendu la théorie quantique, ils sont d’emblée dans une modernité de pensée ». Et le rire de Frankétienne roule, communicatif : « Le XXe siècle et Breton ont parlé d’un Manifeste du surréalisme, eux sont surréalistes avant la lettre, et surtout ils le vivent ».

Vers la fin des années soixante, Frankétienne lançait dans son premier roman cette adresse vigoureuse, « Citoyens du tiers-monde, toutes les fois que vous passez par l’Europe ou l’Amérique du Nord, quand vous visitez les hauts lieux de la culture occidentale, parlez à voix haute et marchez fièrement, parce que vous êtes encore chez vous, là où la substance de vos muscles et le sang de votre corps ont contribué à faire fleurir la vie. » Près d’un demi-siècle plus tard, le même signe et assume, sans changer un mot ou presque : « Je vais même plus loin. Depuis j’ai voyagé, j’ai vérifié. Maintenant je vois. Ma terre érodée, exploitée. Je crois que toute la machine occidentale est responsable, non seulement des malheurs d’Haïti, mais de ceux de la planète entière. Tout avait commencé dans une pensée généreuse avec la Grèce. Avec Rome, c’est déjà moins généreux. Et après, c’est la rage (…) La mondialisation, c’est toujours la même machine esclavagiste déguisée. Mais la crise actuelle va entraîner l’effondrement de l’Occident ».

Avant le séisme de 2010, la maison de Frankétienne à Port-au-Prince, débordante de livres et de couleurs, était déjà lieu de curiosité pour les visiteurs, de fierté pour les Haïtiens. La terre a tremblé, le vieux lion a décidé de relever le défi, de faire de la partie ruinée un musée : « J’ai peint les piliers qui soutiennent l’étage intermédiaire, où il n’y a plus rien, plus de cloisons. Et c’est devenu un musée. Seul le malheur a pu donner une architecture pareille. J’espère que ma maison servira de lieu de visite pour les étudiants, les étrangers. Quand je ne serai plus là, (large sourire), ils passeront leur temps à parler de cette maison, et de Frankétienne ».

Mûr à crever, par Frankétienne (Hœbeke)

Continue Reading

CULTURE

QUI EST SIMON BOLIVAR ? Par Hirame JAIDIT

Published

on

By

Source : Le GADLU /Alors que Francisco Miranda n’était pas un descendant des Conquistadors, Simon Bolivar est issu de la puissance classe sociale des « Mantuanos », propriétaires terriens et d’esclaves, ils sont l’équivalent des blancs créoles des Antilles françaises. Seulement, durant son adolescence Simon Bolivar est confié aux soins d’un précepteur, le nommé Simon Rodriguez, qui est un admirateur des philosophes du Siècle des Lumières. Ce dernier éduque le jeune Bolivar selon les préceptes de « L’Emile » de Rousseau.
Simon Rodriguez sera son mentor idéologique. Simon Bolivar effectue des voyages en Europe
Simon Bolivar séjourne en France entre 1799 et 1804 où il Simon Rodriguez. En Europe et à la cour d’Espagne, il fréquente les milieux intellectuels, libéraux et franc-maçons. Lors d’un séjour en Italie avec son vieux précepteur, il fait le serment le 15 août 1805 de libérer sa terre natale du pouvoir de la métropole espagnole. Durant cette même période, il est reçu franc-maçon. Les dates de son initiation divergent, soit le 11 novembre ou le 27 décembre 1805. Des sources discordantes affirment qu’il a été initié à Cadix et reçu le grade de compagnon à la Loge Saint-Alexandre d’Ecosse le 11 novembre 1805, d’autres qu’il a été initié à Paris le 27 décembre 1805 au Rite Ecosais et élevé au grade de maître dés janvier 1806. Certaines prétendent même que c’est Miranda, également franc-maçon, qui l’a initié à la Grande Loge Américaine en 1803.

Ces sources de renseignements sont à interpréter avec précaution, mais il existe une certitude. Simon Bolivar a bien appartenu à la Franc-maçonnerie. Cette appartenance a été confirmée explicitement dans une planche intitulée « Franc-maçonnerie et socialisme » prononcée le 28 août 1971 à la Grande Loge de Colombie de Bogota, par notre regretté frère Salvador Allende. Allende précisant même que Bolivar créa une Loge appelée la « LAUTARIANE ». Cette loge connue aussi sous le nom de Lautaro, avait également pour membre Francisco Miranda, José de San Martin futur libérateur de l’Argentine et du Pérou. Il faut également souligner que les principaux généraux des guerres d’indépendance en Amérique comme Bernardo O’Higgins le libérateur du Chili étaient membres de la Franc-maçonnerie.

Comme nous pouvons le voir Simon Bolivar n’était pas le seul officier de haut rang engagé dans les guerres d’indépendance contre l’Espagne, pourtant il est celui qui symbolise le rêve PANAMARICAIN (dans sa partie méridionale évidemment).

Pourquoi ?

Simon Bolivar possédait une intelligence politique capable d’analyser les raisons de ses défaites et d’y remédier. Le 15 décembre 1812, Bolivar publie en Nouvelle-Grenade, le Manifeste de Carthagène dans lequel il demande à tous les pays hispano-américains de s’unir sous le même commandement pour accéder à l’indépendance. Il est à noter qu’à la suite de son entrée à Carracas en août 1813, le conseil de la ville le proclame Libertador le 14 octobre 1803.
En effet, en 1813 lors de leur première offensive contre les espagnols qualifiés de royalistes, les « républicains » de Bolivar ne parviennent pas à rallier la majorité de la population du vénézuéla, à savoir les 60% de Noirs ou de Mulâtres, les 18% d’indiens et la classe des petits blancs (péones). Et ce en raison du caractère oligarchique de la révolte « républicaine » qui est le fait des grandes familles Créoles vénézuéliennes plus soucieuses de chasser le pouvoir espagnol pour commercer librement que d’instaurer un nouvel ordre social plus juste. Comme Francisco Miranda avant lui, Simon Bolivar est victime de la QUESTION NOIRE habilement exploitée par les espagnols. Ces derniers, contre une promesse d’affranchissement enrôlent en masse des esclaves noirs, et de plus font appel à de redoutables cavaliers « les lianeros » qui sont des métis Noirs et indiens. Vaincu, une fois de plus, BOLIVAR s’exile et se réfugie à la Jamaïque avant de gagner Haïti le 24 décembre 1815, après avoir échappé à une tentative d’assassinat à Kingston.

Alexandre Pétion est le chef de l’ETAT Haïtien, il en est devenu le premier président après avoir chassé du pouvoir Christophe qui s’était proclamé roi dans le Nord de l’île. Entre le Blanc Créole Bolivar et le Mulâtre Petion, ce dernier détail a son importance, s’établit un lien d’amitié entre individus issu des classes sociales aisées. En effet, Petion est le fils d’un riche négociant du Bordelais et il a servi en qualité de capitaine d’artillerie dans l’armée française avant de rallier la révolution haïtienne. Comme Bolivar, il est imprégné de culture française et de l’universalisme du siècle des Lumières, en cela il se distingue de Dessalines et de Christophe, ses prédécesseurs qui privilégiaient le caractère ethnique de leur révolution et rêvaient de l’étendre aux autres pays où régnaient encore l’esclavage, d’instaurer un pouvoir noir dans la Caraïbe. Telle est la thèse défendue par Alain Yacou, professeur d’Histoire à l’Université Antilles-Guyane dans les années 1990.

Cependant, en échange d’une aide matérielle, militaire et financière Alexandre Pétion exige de Simon Bolivar l’abolition de l’esclavage dans les territoires libérés de la tutelle espagnole.
Simon Bolivar quitte Haïti le 31 mars 1816 à la tête d’une expédition et à la suite de combats victorieux sur le sol vénézuélien, il décrète l’abolition de l’esclavage le 2 juin 1816 à Capurano. Une nouvelle fois défait, Simon Bolivar trouve de nouveau fois refuge en Haïti et Alexandre Pétion lui fournit encore une aide.
Simon Bolivar change de tactique et conformément à sa volonté de créer une fédération de nations sud-américaine, il choisit d’attaquer le Vénézuéla à partir de régions éloignées. Avec l’appui de Manuel Piar, un général Mulâtre, il s’empare de la Guyane et de l’Orénoque. De 1817 à 1824, je ne vais pas entrer dans les détails, Simon Bolivar et ses alliés (les généraux Sucre, Santander ou San Martin) libèrent les Etats hispanophones de la tutelle de l’Espagne. Il crée la Grande Colombie qui englobe le Venezuela, la Colombie, l’Equateur et la Bolivie (Les pays andins ont pris ce nom en l’honneur de Bolivar).

ABORDONS LA QUESTION NOIRE :

Si Simon Bolivar a aboli dans un premier temps l’esclavage dans les pays arrachés à l’Espagne, il doit faire face aux pressions des grands propriétaires, classe sociale dont il est lui-même issu et par la suite cette abolition connaît des aménagements, voir une remise en cause. L’esclavage ne sera aboli définitivement dans les pays d’Amérique latine hispanophones qu’au milieu du 19ème siècle.
Par ailleurs, on peut se demander si Bolivar ne craignait pas le « syndrome haïtien » et l’exécution en 1817 de Manuel Piar pour haute trahison ne serait-il pas au fond un prétexte, comme le souligne Karl Marx dans son ouvrage « Bolivar Da Ponte . Car la condamnation à mort de Piar ne constituerait qu’un épisode de l’élimination des mulâtres sud-américains en tant qu’acteurs politiques majeurs de l’indépendance.

L’historien Philippe Conrad, autour d’un ouvrage paru aux PUF sur la Reconquista Espagnole, rapporte les propos de Simon bolivar qui semble confirmer implicitement la thèse marxienne:
« La plupart d’entre eux n’on d’autre mérite que la valeur brutale qui a été si utile à la République, celui d’avoir tué beaucoup d’espagnols et de s’être rendus redoutables Des nègres, des métis, des mulâtres, des blancs, des hommes de toutes classes qui, aujourd’hui, au milieu de la pais, sont des obstacles à l’ordre et à la tranquillité Mais ce fut un mal nécessaire »
Au plan de la politique Caribéenne, Simon Bolivar n’apporte pas de soutien aux patriotes cubains qui ont pris les armes en 1825 contre les Espagnols et lors du Congrès de Panama du 7 décembre 1825 en vue de fonder une République des Etats-Unis du Sud regroupant la Grande-Colombie, le Pérou et la Bolive, Haïti est mise à l’écart.

Dans ces deux derniers cas, la QUESTION NOIRE des pressions de la part des Etats-Unis d’Amérique ne sont pas à exclure dans l’ordre des conjectures, telle est l’hypothèse développée par l’auteur de cet exposé. Pour mémoire, le Président Américain James Monroe (1817-1825) a élaboré une doctrine de non intervention des Etats Européens sur le continent américain. Il a joué ainsi un rôle déterminant dans le succès définitif de l’épopée bolivarienne, car il a empêché l’envoi d’une force armée par l’Europe de la Sainte-Alliance qui voulait venir en aide à l’Espagne. James Monroe a tenté de régler à sa façon la question Noire aux Etats-Unis. Pour cela il favorisé la création de la Société de Colonisation Américaine, qui a acheté un territoire en Afrique de l’Ouest (le futur Libéria) afin d’y rapatrier les esclaves affranchis. D’ailleurs, à titre d’exemple, dans l’Etat du Maryland, les Noirs étaient affranchis à la condition d’un départ sans retour en Afrique.

Le rôle des Etats-Unis d’Amérique dans l’échec de Bolivar ?

En conséquence, les Etats-Unis d’Amérique demeuraient fidèle à leur philosophie négrophobe et à leur sentiment de supériorité raciale. Quand le Mexique et le Vénézuéla tentèrent d’envoyer une expédition à Cuba en 1825, les Etats-Unis refusèrent car la grande partie des révolutionnaires était des hommes de couleur. Ils craignaient l’influence de ce mouvement sur les populations noires du Sud des Etats-Unis. Quant à la mise à l’écart d’Haïti, les intérêts Ethno-économiques des Etats-Unis a rencontré l’esprit de revanche de la France de Charles X.
Simon Bolivar a exprimé en 1822 ses craintes quant à la vocation impérialiste des USA en ses termes sans équivoque « Il y a la tête de ce grand continent un pays très puissant, très riche, très belliqueux et capable de tout » et en 1829, il invitait l’ambassadeur nord-américain Monsieur Harisson à quitter Bogota, car ce dernier s’était ingéré dans les affaires internes du pays et pour avoir fourni de l’aide à des personnes qui conspiraient contre le pouvoir en place. Pour reprendre la thèse développée par Maxime Lefebvre dans un ouvrage publié aux PUF dans la collection Que Sais-je ? consacré à la politique internationale des Etats-Unis, les Etats-Unis auraient usé de manœuvres pour empêcher Simon Bolivar d’unifier les Etats hispanophones sur le modèle fédéral.

L’attitude de Simon bolivar vis à vis de la franc-maçonnerie :
Bolivar a bien reçu la lumière, cependant il est très critique voir cynique vis à vis de sa société de pensée comme le rapporte l’historien Philippe Conrad : « Cette vieille association, qui compte dans ses loges quelques hommes de mérite, assez de fanatiques, beaucoup de trompeurs et encore plus d’imbéciles trompés, tous ces maçons qui ressemblent à de grands enfants jouant avec des signes, des simagrées, des mots hébraïques, des rubans et des cordons »

En 1828, cette attitude critique se transforme en hostilité quand la Sociédad Filologica à laquelle appartenaient des maçons conspire contre son autorité. Le 8 novembre de la même année, il promulgue un décret interdisant sur le territoire de la République « Les associations et les confréries secrètes. ». Les loges maçonniques qui s’étaient transformées en foyers d’opposition par l’aristocratie locale attachée à ses privilèges, sont fermées.
Pouvons nous pour autant qualifier Simon Bolivar de « faux frère » ?

La réponse serait positive à la condition de nous identifier à un franc-maçon américain du 19ème siècle. Car en dépit de ses positions ambiguës sur la question noire, Bolivar est un authentique révolutionnaire car il souhaite une meilleure répartition des terres en faveur des plus humbles et il possède une vision pan-américaine, il a mis fin aux activités de l’Inquisition sur le sol sud américain en tant que survivance de l’intolérance catholique médiévale. Au Congrès de Panama, il a proposé aux nouveaux Etats de l’Amérique Méridionale : le rejet du recours à la force entre les Etats-membres de la future fédération, le refus de toute intervention européenne dans le nouveau monde, l’institution d’un code civil commun aux différents Etats concernés, l’abolition de l’esclavage, la garantie de la souveraineté populaire, l’arbitrage obligatoire en cas de conflit entre les Etats-membres, la création d’une flotte et d’une armée fédérale. Ce congrès de Panama ne conduit pas à la création d’une fédération des Etats d’Amérique Latine, à cause de divergences et notamment celles liées à la question des esclaves.

Les propositions de Simon Bolivar sont d’inspiration kantienne, la République bolivarienne est d’essence « universaliste » et non hégémonique comme le sera plus tard la fédération nord-américaine dans le bassin de la Caraïbe. Bolivar n’est certes pas un démocrate comme nous pouvons le définir en ce début du 21ème siècle. Lors du Congrès d’Agostura de 1819, il déclare à ce sujet :

« Quel est le gouvernement démocratique qui a réuni en même temps la puissance, la prospérité et la permanence ? N’a-t-on pas vu au contraire l’aristocratie ou la monarchie cimenter pour des siècles et des siècles de grands et puissants empires ? Y-a-t-il un gouvernement plus ancien que la Chine ? L’Empire Romain n’a-t-il pas conquis la terre ? La France n’a-t-elle pas quatorze siècles de monarchie ? Qu’y a-t-il de plus grand que l’Angleterre ? Cependant ces nations ont été et sont encore des aristocraties et des monarchies…Nulle forme de gouvernement n’est aussi débile que la démocratie…Ce sont les anges et non les hommes qui pourraient vivre libres, tranquilles et heureux en exerçant toute la puissance souveraine… les cris du genre humain sur les champs de bataille et dans les assemblées tumultueuses sont des témoignages élevés vers le ciel contre les législateurs inconsidérés qui ont pensé que l’on peut impunément faire des essais de constitutions chimériques…De la liberté absolue, on descend toujours au despotisme absolu. »

Cette remarque de BOLIVAR est à rapprocher de celle de Jean-Jacques ROUSSEAU :
« S’il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes. »

Pour Simon Bolivar, la République en Amérique Latine ne peut reposer que sur un pouvoir exécutif fort et un Sénat héréditaire à la Romaine. Il n’en demeure pas moins un Républicain qui se situe aux antipodes de la mégalomanie bonapartiste. Il n’a pas voulu instaurer un pouvoir héréditaire. La République idéale de Bolivar sortait des « rêveries de Jean-jacques Rousseau » du souvenir idéalisé d’Athènes, de la Rome Républicaine et de Sparte. D’ailleurs, les Conventionnels tels Robespierre, Saint-Just partageaient une vision idéalisée pour ne pas dire fantasmée du régime de Sparte.
Simon Bolivar paraît être l’héritier des Lumières, car s’il partageait les préjugés de sa classe sociale d’origine, il a tenté de les surmonter soit par opportunisme ou sincérité (le débat reste ouvert), au nom de l’intérêt commun des nouveaux états indépendants. Enfin, sur le plan de la probité, Simon Bolivar a dilapidé la fortune familiale pour tenter de réaliser le grand rêve panaméricain et les sources consultées par l’auteur de cette présente planche, reconnaissent son honnêteté, il n’y avait pas de confusion entre les finances publiques et ses biens personnels.
Au sens maçonnique et contemporain du terme, Simon Bolivar a tenté de devenir un homme libre et de bonnes mœurs (même s’il a eu une vie sentimentale légèrement agitée), ce qui n’étaient pas le cas des maçons latinos-américains du 19ème siècle attachés à leurs privilèges matériels et leurs préjugés d’ethnoclasse. En dépit de sa personnalité ambiguë et de son « habitus de classe » Simon bolivar a essayé d’instaurer la Liberté, l’Egalité et la Fraternité en Amérique Latine entre tous les groupes humains (amérindiens, créoles, noirs). A titre personnel, il n’a pas hésité à affranchir ses esclaves, pour mémoire le frère Georges Washington premier président des Etats-Unis s’est contenté d’affranchir les siens sur son lit de mort.
L’existence de Simon Bolivar peut être comparée au pavé mosaïque d’une loge maçonnique dont les carrés noirs et blancs symbolisent la matérialité et la spiritualité : En effet, au fil des années qui se sont écoulées Simon Bolivar a progressivement cessé d’être un riche créole oisif et insouciant attaché aux avantages matériels de sa classe sociale, il a renoncé aux manifestations tapageuses de ses premiers succès militaires (il aimait volontiers revêtir de riches uniformes d’apparat pour briller auprès des aristocraties locales) à sa fortune personnelle et surtout il a refusé devenir un dictateur sanguinaire en abandonnant le pouvoir en 1830. Si nous revenons au pavé Mosaïque, Bolivar a d’abord marché sur les pavés noirs de la matérialité puis sur ceux de la spiritualité, non pas une spiritualité faite de mysticisme de pacotille mais celle qui l’a amené au renoncement des futilités terrestres pour le conduire à la réalisation inachevée de la Cité Républicaine sur Terre.
Sur le plan philosophique et idéologique Simon Bolivar est ce que la Franc-Maçonnerie américaine (latine et anglo-saxonne) a produit de mieux avec notre regretté frère Salvador Allende. Malheureusement, ces deux frères paraissent constituer des exemples isolés dans la franc-maçonnerie latino américaine qui non seulement continuent de recruter dans les classes supérieures hispaniques mais a également donné la lumière à un authentique faux frère : le Général Augusto Pinochet qui non seulement a trahi la République Chilienne mais aussi la confiance fraternelle de Salvador Allende, à la fois son frère de loge et président de la république.

Simon Bolivar ne possédait pas l’expérience militaire d’un San Martin, qui s’était illustré en Espagne contre les troupes de Bonaparte, mais il possédait une vision, un grand dessein pour l’Amérique Latine. C’est pour cette principale raison que le Libertador est devenu une référence pour une certaine Gauche Latino-Américaine symbolisée par la Social-Démocratie Radicale du président vénézuélien Hugo Chavez qui se dresse contre la « République impériale » de l’hémisphère Nord et ses séides locaux qui tentent d’empêcher ses réformes sociales. Réformes sociales qui consistent à créer des missions d’alphabétisation, de soins gratuits grâce à la présence massive d’enseignants et de médecins cubains bénévoles et à l’affectation de 20% du budget de l’Etat vénézuélien à l’Education. Il convient également de préciser que le Venezuela de Chavez semble reprendre à son compte le vieux rêve panaméricain de Bolivar, cela se manifeste dans le soutien financier et matériel aux Etats de la Caraïbe victimes de cyclones en 2004.
Par ailleurs, l’ensemble des forces de Gauche qui soutient CHAVEZ est regroupée dans la « coalition bolivarienne ».

C’est également en souvenir de Simon bolivar, que la France-Maçonnerie (la Grande Loge de Cuba) est tolérée par Fidel Castro. D’une certaine manière, Fidel Castro qui était un nationaliste de gauche avant de devenir par la force des événements extérieurs un dictateur communiste, perpétue le souvenir du Libertardor qui a influencé le grand patriote Cubain de la fin du 19ème siècle José Marti.

JAIDIT

.
 
Auteur :

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.