Connect with us

TRIBUNE LIBRE

TRIBUNE LIBRE : POUR LA CANDIDATURE DE RODOLPHE DÉSIRÉ AU SÉNAT Par Edouard Delépine

Published

on

Rédaction du Naïf : En Tribune Libre nous publions cette lettre adressée par Edouard Delépine au Président du Pari Progressiste Martiniquais sur les candidatures aux prochaines élections sénatoriales. Lettre in-extenso. Cette lettre milite sans fard pour une candidature de Rodolphe Désiré au Sénatoriale alors que le PPM par ses instances retient deux candidatures : Serge Larcher et Maurice Antiste3.
Vendredi 10/06/11 – 22h15
Mon cher Serge
Comme suite à notre entretien de dimanche dernier, je t’envoie à toi et à Didier ce projet de lettre que je me propose d’adresser à nos grands électeurs progressistes (conseillers généraux, conseillers régionaux, maires et conseillers municipaux). J’attends tes observations avant de l’adresser au BP et au CN.
Cordialement
Édouard

La publication dans France-Antilles du samedi 4 juin d’un article de Gabriel Galion sur les candidatures aux prochaines élections sénatoriales semble avoir surpris la direction du Parti. Galion vient nous rappeler que la campagne des sénatoriales est bel et bien lancée.Il y a au PPM, au moins autant que dans n’importe quel autre parti, des camarades dignes d’être candidats et capables de se faire élire. Mais nous avons la chance d’avoir dans nos rangs – et nous sommes les seuls à avoir cette chance – un camarade, Rodolphe Désiré, ayant à la fois une compétence reconnue en même temps qu’une très large expérience en tant qu’élu local et en tant que sénateur honoraire. Si notre parti (un peu plus de 200 grands électeurs à lui tout seul) décide de le présenter, il peut être élu sans difficulté.

Le Parti et le pays disposeraient d’un sénateur capable d’intervenir avec un maximum d’efficacité dans une assemblée en charge des intérêts des collectivités territoriales. Les sénateurs sont en effet d’abord les élus des élus locaux. Ils en sont les représentants dans la haute assemblée mais aussi au Parlement, c’est-à-dire au plus haut sommet de l’État.
Rodolphe a sur tous les autres candidats possibles, issus de nos rangs ou parmi nos amis, 4 atouts majeurs :

1/Il est de loin le plus ancien et le plus expérimenté de nos élus locaux : 3 ans au premier Conseil Régional, 29 ans au Conseil Général, 28 ans à la mairie du Marin.
– Au Conseil Régional (1983-1986), il a exercé la fonction de président de la Commission de coopération avec l’Europe et avec la Caraïbe. Une fonction qu’il a illustrée en préconisant, le premier, dès 1985, au sein de la Commission des Iles de la CRPM (Conférence des Régions Périphériques Maritimes) de l’Europe, la création de l’instance que préside aujourd’hui notre camarade Serge Letchimy : la Conférence des Régions Ultrapériphériques.
– Au Conseil Général (1982-2011), il a assumé les charges de président de la Commission des Finances qui l’ont familiarisé avec les finances départementales mais surtout de Président de L’ODTM Office Départemental du Tourisme. Il a accumulé dans ces deux secteurs un capital d’expériences et des relations, au dedans et au-dehors, qui en font probablement l’un des meilleurs spécialistes des problèmes du tourisme dont on semble oublier que sa phase de plus grande expansion est liée à l’action du Président de l’ODTM, malgré les coups bas et les réticences des uns et des autres à lui accorder les moyens qu’il estimait indispensables pour une optimisation de nos ressources naturelles et humaines dans ce domaine.
– À la tête du Conseil Municipal du Marin depuis 1983, il a fait la démonstration de ce que peut réaliser dans une commune aux bords de la faillite, un observateur attentif des réalités du terrain s’appuyant sur une analyse lucide des données générales de la période (politique, économie, société).
Au prix d’une véritable révolution dans la conception du développement dans un pays insulaire, il a transformé le Marin, alors en chute libre depuis la fermeture de sa principale ressource, sa sucrerie, en une ville résolument tournée vers la mer. La capitale du Sud est aujourd’hui l’un des plus grands ports de plaisance de la Caraïbe dont les performances ne le cèdent en rien à celles de ses rivales des Antilles.
Ce pionnier de la mise en valeur de la mer est en même temps l’un des maires les mieux informés des problèmes du monde rural. Exploitant agricole lui-même et très proche des grands comme des petits agriculteurs (élevage, banane, canne, maraîchage) ses contacts dans ce milieu en font l’un des élus les plus capables d’intervenir utilement auprès du pouvoir central comme auprès de l’Europe

2/ 18 ans de présence ininterrompue (1986-2004) et assidue dans la Haute Assemblée l’ont familiarisé avec les usages et les exigences de l’activité parlementaire. Rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques, il a pris la mesure des défis structurels auxquels se trouvent confrontés les DOM en général et la Martinique en particulier, spécialement au plan économique.
Il est l’un de nos élus qui ont le plus réfléchi à la question de l’autonomie, c’est-à-dire à la question de notre place dans la République et dans l’Europe. Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à ajouter ou à retrancher de ses thèses. Je ne connais personnellement aucun candidat qui ait une connaissance aussi précise et aussi concrète de la situation des régions autonomes de la CEE, notamment de l’Espagne et du Portugal (pas seulement des RUP d’ailleurs) qui constituent sinon des modèles du moins des références incontournables. Les expériences tentées dans ces régions l’ont particulièrement sensibilisé à l’un des problèmes les plus importants qui nous soient posés : celui de la continuité territoriale encore plus décisive pour nous que pour les Canaries, Madère ou les Açores.
Au Sénat il a enfin contribué à faire évoluer l’article 73 de la constitution dans le sens qui lui est reconnu aujourd’hui mais qui peut et qui doit être encore amélioré.

3/ Je termine par ce qui me paraît le plus important dans la conjoncture actuelle. Il est l’un des plus anciens membres du Parti (44 ans) avec deux courtes interruptions 1980-1983 et 2001-2004 (au cours de cette dernière période, il continue de verser au Parti ses ristournes d’élus). J’ajoute, pour les jeunes camarades qui pourraient l’ignorer, qu’il est l’un de ceux qui ont le plus contribué à faire prendre au Parti le tournant nationaliste de notre Troisième Congrès (1987).
Pour la petite histoire, mais, à mon avis, une histoire peut-être pas si petite qu’elle en a l’air – je rappelle que Rodolphe qui a adhéré au PPM la veille du IIIe congrès (le 12 août 1967) a été élu comme secrétaire général du Parti le 13 août. Soit dit en passant, une performance qui n’a été réalisée que par François Mitterrand 4 ans plus tard en Juin 1971 ! Avec deux différences cependant : 1/ FM qui arrivait au PS avec un tout petit groupe de fidèles de la Convention des Institutions Républicaines (15% à peine des congressistes d’Épinay), a été élu à une courte majorité 51%. 2/ Rodolphe arrivé avec zéro % de fidèles a été élu à l’unanimité.
Je m’en suis beaucoup amusé à l’époque en attribuant ce résultat à la fascination qu’avait pu exercer sur le Congrès son passé de héros de l’OJAM. C’était beaucoup plus profond que cela. Encore que cela ne soit pas négligeable, Rodolphe est le seul élu de notre pays à avoir fait de la prison pour ses idées politiques et rien que pour ses idées politiques, ce n’est pourtant pas l’essentiel.

Ce n’était cependant pas l’ancien secrétaire général de l’OJAM que le Congrès avait élu, comme j’ai pu l’écrire, mais un dirigeant politique d’un type nouveau. Il concrétisait l’alliance de deux des principales sources idéologiques de la pensée de Césaire : la fidélité au socialisme, héritage de son passage au PC mais débarrassé de toutes ses scories staliniennes, et, en rupture avec cet héritage, l’aboutissement d’une longue maturation, en tant que nègre, de son idéal nationaliste, renforcé au contact de quelques uns des plus grands dirigeants de la révolution coloniale de l’immédiat après-guerre.

Dans la conduite des débats autour de la désignation de notre ou de nos candidats à ces élections sénatoriales, à mon avis, les plus importantes que nous ayons eues depuis plus d’un demi-siècle parce qu’intervenant à la veille d’une mutation qui peut être plus décisive pour notre pays que notre passage du statut colonial à celui de département en 1946, je souhaite que nos camarades réfléchissent sérieusement à cette donnée, sans se laisser distraire ni embarquer dans des considérations purement électoralistes. Au demeurant et même à ne s’en tenir qu’à des considérations purement électorales sinon électoralistes, parmi les candidats dont les noms circulent depuis 4 ou 5 mois au moins, je n’en vois aucun qui puisse réunir plus de suffrages de nos grands électeurs toutes nuances confondues. Mais je ne veux pas entrer dans ce genre de considérations. Je suis cependant naturellement prêt à répondre à toutes les questions, y compris sur ce sujet, qui pourraient m’être posées.
Auteur :

Continue Reading
16 Comments

16 Comments

  1. TROSTKY2

    30 mai 2013 at 10 h 40 min

    Pourquoi une campagne pour un retour à un politique ayant déjà eu deux mandats 18 ans ? Pourquoi pas une candidature de Lépine au Robert en 2014 ? Le PPM peut avoir d’autres candidats et doit soutenir d’autres candidats. On pensait pourtant que l’idée du changement avait finalement été admise. Mais les réactionnaires de gauche (c’est monsieur Camille Chauvet qui utilise ce terme de réactionnaire de gauche fort justement) sont les tenants du cumul des mandats cette véritable maladie de la démocratie. Le : UN homme pour UN mandat et deux mandatures n’est pas accepté. Là encore je reprends ce que dit monsieur Camille Chauvet sur KMT … et il garde le bec fermé sur les choix de son père ti-piquant ??? Hein ? Vraiment d’un côté on parle démocratie territoriale avec une commune un élu y compris Fort-de-France et de l’autre on veut gagatiser les élections !!! Monsieur Chauvet Camille criez… et dites par mornes et ravines que Rodolphe Désiré a été Sénateur 18 ans !!! vive l’OJAM c’est son retour sur investissement . Louis Jo-Manscour achève un deuxième mandat de député et pense au 3 ème … et croit l’obtenir par un chantage, mais le rusé Peter Samot ne se fera pas cocu et en socialiste le Mansour ne pourra pas refuser des primaires entre Edmond Mariette et lui. Le cumul de mandats et les mêmes hommes sont effectivement un mal, une plaie de notre démocratie. Ce qui explique beaucoup de choses. Interdire le cumul des mandats a un sens. C’est un homme un mandat sauf pour un leader par nécessité de rayonnement. Ce commentaire ne se veut pas polémique. Nous l’avons adressé par mel à monsieur Camille Chauvet qui a mon identité. Je ne suis pas un anonyme courageux, mais un progressiste martiniquais,un vrai qui veut que ça change !

  2. Gens de Laciterne

    30 mai 2013 at 10 h 40 min

    Cet Appel montre bien que le fait de vieillir et disparaître politiquement est source d’angoisse et de peur pour certains hommes politiques élus ou ex-élus. A un certain moment les regards portés sur l’âge changent, les années qui passent ne sont plus synonymes de croissance et d’évolution mais de détérioration, de retraite et de mort. A l’inverse de la jeunesse où vous avez toute votre vie devant vous, là vous avez l’impression que le temps qui vous reste défile à grande vitesse sans que vous vous en rendiez compte.Pour EDL deux « choix » se posent en 2011 : accepter et vieillir en beauté ou se réfugier dans la plainte, la peur ou la colère contre un système PPM où il est mis a l’écart. S’il n’est pas prêt à l’accepter et ne veut pas gâcher le reste de sa vie à pester contre tout le monde et à se refermer sur lui-même,Edouard Delépine doit entreprendre une thérapie qui peut l’aider à affronter cette peur de la vieillesse politique. Dans cette société martiniquaise les «aînés » politiques ne sont traités avec respect alors qu’ils ont plus de vécu et d’expérience que certains quadras actuels devenus les vrais maîtres du jeu politique. La retraite politique est une étape difficile qui rappelle la réalité à l’ex-maire du Robert. L’occasion pour EDL de faire face aux choses qui lui sont chères qu’il n’a pu faire auparavant par manque de temps ou alors il peut monter un comité pour ramasser les algues sargasses du Robert. Au PPM EdL ,c’est du passé qu’il laisse évoluer Serge Letchimy. Un point c’est tout.

  3. TIPRO-PHANE

    30 mai 2013 at 10 h 40 min

    Même avec le diable comme candidat il faut éliminer Claude Lise et Serge Larcher.Le premier a installé la Martinique dans une dynamique du recul et fait du Conseil Général une drôle de caverne de chauve- souris et au moindre coup karcher nécessaire c’est la panique.Que l’on donne à l’opinion publique le nombre d’enfants,de parents et cousins d’élus qui travaillent au Conseil Général et ce depuis dix ans et à l’époque Edouard Delépine était Conseiller Général .Recrutement direct sans concours et titularisation à venir. C’est ça la première forme du macoutisme organisé.Trop facile pour le Pipine de condamner ces amis d’hier. Claude Lise en évacuant le PPM a -t-il contacté une maladie ? Non !Que l’on donne la comptabilité des associations qui ont reçu plus de 10 000 euros !!! Oui le fils de untel Directeur parce qu’il est fils… Les demoiselles untels … et c’est ça le Conseil Général … et avec ça on veut construire un Pays . Oui, un Pays de doucineurs comme dirait feu Cabbord Masson. Bonne élection messieurs le Grands Electeurs.

  4. PPM-Letchimiste.

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    COMMENTAIRE OUVERT A MONSIEUR Edouard Delépine .Voilà un Politique- Historien qui nous dit que: « Rodolphe Désiré est exceptionnel car il adhère au PPM la veille du IIIe congrès ( le 12 août 1967) a été élu comme secrétaire général du Parti le 13 août. Soit dit en passant, une performance qui n’a été réalisée que par François Mitterrand 4 ans plus tard en Juin 1971 ! Avec deux différences cependant : 1/ FM qui arrivait au PS avec un tout petit groupe de fidèles de la Convention des Institutions Républicaines (15% à peine des congressistes d’Épinay), a été élu à une courte majorité 51%. 2/ Rodolphe arrivé avec zéro % de fidèles a été élu à l’unanimité. Et Rodolphe est le seul élu de notre pays à avoir fait de la prison pour ses idées politiques et rien que pour ses idées politiques, ce n’est pourtant pas l’essentiel. », voilà Rodolphe déguisé en héros ou hérault . Alors ce qui est bon du RD n’est pas bon pour Serge Larcher ?Serge Larcher entre au PPM et le lendemain il est le candidat PPM et sera élu même avec les trahisons de PPM où la jalousie méprisable prend le pas sur le politique. Faire de la prison pour ses idées politiques et après ? Par contre Serge Larcher verse des milliers d’Euros dans les caisses de la Citerne.Mon brave Edouard « Une vie ratée, c’est d’abord une succession de rendez-vous manqués. » de rendez-vous avec l’Histoire .Et toi comme tous ceux de ta génération vous devriez méditer dessus. Même notre Père à Tous lui aussi Aimé Césaire. L’homme de la transition Serge Letchimy n’aura pas droit à l’erreur.NB .Sans doute ce commentaire sera supprimé,mais j’attends.

  5. Jacques

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Edouard Delépine au fond n’est pas pour Rodolphe Désiré, il est contre Serge Larcher et Maurice Antiste contre les choix du Comité National du PPM. Les élus actuels du PPM vont de l’avant et se sont armés de la notion du plus large contre le plus étroit (Aimé Césaire) et suivent Jean-Jacques Rousseau défendant le principe de mandat impératif, qui est le pouvoir délégué à un individu ou une organisation élu(e) en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger. Et s’y ajoute un aspect du mandat représentatif, tel que décrit par Montesquieu dans L’Esprit des lois, c’est un mandat libre et non révocable. C’est ça mon pauvre Edouard, tu dois progresser et c’est possible. Arrête de jouer aux zozos gagas. Fait voter pour Maurice Antiste et Serge Larcher et reste gentil… Fait attention aux dégagements gazeux des algues.Bisous.

  6. Kapsule rouge

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Edouard Delépine a raison et les potentiels candidats PPM sont des sans couille et mettent tout sur le dos de Serge Letchimy et du Comité National PPM .Pour prendre une décision, il faut réunir de multiples conditions:1-préciser la nature de la décision, sa portée. Il peut s’agir d’une décision simple (une nomination, un référendum par oui ou non) ou d’un ensemble plus ou moins cohérent de décisions liées (par exemple : une politique et ceux qui la mettront en œuvre, ).2 -déterminer l’ensemble de la procédure avant (accès à l’espace public et médiatique, connaissances suffisantes en général et en particulier sur le sujet soumis à décision pour que les participants puissent se déterminer en connaissance de cause, etc.), Trois éléments importants de la procédure doivent être distingués : 1 -désigner les options admissibles, qui peuvent être soumises au processus (choix à l’entrée) ou qui peuvent en sortir (conditions de sortie). Si la procédure le prévoit, elle peut permettre l’évolution des options, la décision finale n’étant pas nécessairement une des options initiales. Les options dépendent du type de décision : pour les personnes, on parle de candidats qui devront être éligibles. 2-désigner les participants. Les conditions qu’ils doivent remplir peuvent être de toutes sorte : âge, nationalité, résidence (circonscriptions électorales), qualité, condition de richesse ou de revenu, etc. et peuvent même varier selon le sujet. De surcroit, il arrive que la procédure prévoit des évolutions.3- fixer le passage des préférences des participants à la décision finale. C’est là qu’intervient le système de vote. Rien de tout cela n’a été observé et respecter pour désigner le représentant PPM Serge Larcher et cela va servir à Claude Lise pour passer et revenir freiner l’Histoire qui avance car les Edouard Delépine , Rodolphe Désiré et Louis Crusol ne manqueront pas de faire campagne contre Serge Larcher . Le PPM sera-t-il capable de faire signer un appel signé de ces maires opposant pour voter Serge Larcher et Maurice Antiste ? Là va se mesurer le poids de Serge Letchimy et cu comité nationale.

  7. Fleur de Balisier

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Cette lettre de soutien est adressée trop tard. Edl veut régler ses comptes avec Serge Larcher.Pourquoi ne pas mettre à l’écart le médiocre Maurice Antiste ?.Pourquoi une campagne pour un retour à un politique RODOLPHE DESIRE ayant déjà eu deux mandats 18 ans ? Oui 9 ans plus 9ans, plus une tentative avortée… Pourquoi pas une candidature de Lépine au Robert en 2014 ? Le PPM peut avoir d’autres candidats et doit soutenir d’autres candidats. On pensait pourtant que l’idée du changement avait finalement été admise. Mais les réactionnaires de gauche (c’est monsieur Camille Chauvet qui utilise ce terme de réactionnaire de gauche fort justement) sont les tenants du cumul des mandats cette véritable maladie de la démocratie. Le : UN homme pour UN mandat et DEUX EXERCICES de mandatures n’est pas accepté. Là , encore je reprends ce que dit ce monsieur Camille Chauvet sur KMT … qui garde le bec fermé sur les choix de son « père » ti-piquant ??? Hein ? Comment comprendre que ce même EdL parle de démocratie territoriale avec une commune un élu y compris Fort-de-France pour la Collectivité Unique et de l’autre il veut gagatiser les élections !!! Monsieur Chauvet Camille criez…répétez… et dites par mornes et ravines que Rodolphe Désiré a été Sénateur 18 ans !!! vive l’OJAM. Oui ! et après ? Et les autres qui ont été emprisonnés pour leurs idées ce ne sont pas des politiques parce qu’ils ne sont pas élus ? Donc vous EdL vous devenez un politique que quand vous êtes élu !!! Ce n’est pas sérieux et Camille Chauvet qui se tait cette fois le sait bien et soutien par son silence un argumentaire delépinien indéfendable. Oui ! le PPM a fait le bon choix, car on ne peut pas être dans une alliance et écraser les autres. Le président du PPM est un sage et vous Edl un homme qui n’admet pas que le cours des choses change. Quant au socialiste Louis Jo-Manscour qui achève un deuxième mandat de député et pense à un troisième … et croit l’obtenir en se retirant de la liste des candidats à la candidature, mais le rusé Peter Samot ne se fera pas cocu et en socialiste le Mansour ne pourra pas refuser des Primaires entre Edmond Mariette et lui au mois de juin 2012. Le cumul et les mêmes hommes sont effectivement un mal, une plaie de notre démocratie. Ce qui explique beaucoup de choses. Interdire le cumul des mandats a un sens. C’est un homme un mandat sauf pour un Leader par nécessité de rayonnement. Suivons donc avec attention ce qui se passe. Au fond R.Désiré, Edlépine, L.Crusol souhaitent un ancien sénateur PPM élu comme Claude Lise au lieu d’un nouveau PPM. Avant de terminer : A quel Balisier appartient S.Larcher ? Depuis quand ? Quel est le montant de la cagnote qu’il apporte au PPM depuis deux ans…Vraiment la politique est un vrai bal de macaques… n’est ce pas monsieur Camille Chauvet ? Qu’en pense vos amis Roland Laouchez, Nathalie Jos et Jan-luc Médouze ? Je dis aux internautes que mon commentaire ne se veut pas polémique. Nous l’avons adressé par mel à monsieur Camille Chauvet qui a mon identité.

  8. Vladimir Oulianov

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Je suis un militant PPM. Un vieux militant. A jour de ses cotisations. EdL peut-il dire de même ? Ce que je dis au Président du PPM et au Secrétaire Général PPM et j’en ai discuté avec Camille Chauvet :-La première règle pratique que nous devons avoir au Parti, c’est de veiller constamment à ce que les compétitions électorales ne puissent jamais aboutir à une guerre entre militants d’une même cause. Il faudra pour cela que les PPM aient le courage, chacun dans son balisier puisse blâmer les prétentions excessives et déterminer l’objectif à atteindre.La deuxième règle, pour les PPM, sera de demander à ses alliés le maximum de garanties. Qu’il s’agisse de la FSM départementalistes, du Osons Oser Libéral Progressiste, des mouvements politiques communaux faux-culs ou encore des embarqués parce que Lechimy –gagnant. C’est aussi le devoir des PPM d’éliminer le populisme mariejeanniste et ses affidés écolos-indépendantistes. Enfin, il me semble que le PPM devrait avoir comme troisième règle de marquer de plus en plus son caractère NATIONALISTE et AUTONOMISTE. Ce n’est pas lettre d’un social-traître comme le dénomme Pierre Aliker qui doit perturber la marche en avant du PPM .Delépine a défendu un béké raciste condamné par les békés eux-mêmes. Il devrait se taire et se cacher ou encore ramasser les algues qui puent dans la baie du Robert , dans cette fonction il serait utile. Ou mieux qu’il commence à rédiger ses mémoires.

  9. LANES

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Pourquoi ce débat sur le net provoqué par Edouard Delépine. ? Il se réveille et veut tout remettre en question. Quand il a été candidat aux législaives avait-il respecté les règles ?Il faut respecter les décisions du Parti ou démissionner. Cela vaut aussi pour Rodolphe Désiré et Louis Crusol. Le président du PPM ne doit pas céder aux caprices de deux maires PPM toujours malmenés dans leur communes respectives.

  10. Lecontable

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    En Martinique ,38 000 personnes environ sont des chômeurs au sens du Bureau International du Travail. Le taux de chômage de la Martinique est de 25 % en augmentation. Aidons Serge Larcher à maintenir son emploi car Rodolphe Désiré a déjà une retraite de sénateur et de médecin et ce qu’il a pu acheter à taux 0% par son statut de sénateur /Ojam.Le prof de Collège Momo Titiste mérite bien un mandat u Sénat … Le tarif est simple : A l’année pour le mouvement populaire franciscain c’est 44000 euros de quoi préparer la campagne municipale de 2014, mais attention au compte de campagne. Serge Larcher bébé cadum rieur va cracher au bassinet PPM 44000 euros, plus ceux de Géronimo. L’Alliance Martinique Nouvelle devrait compter en octobre 2011: 2 députés, 2 sénateurs… le pauvre chabin devient fou !!!! et Delépine jaloux veut salir une eau si claire. Sénateur : 11 976 € nets par moisIndemnité mensuelle : 7 064,8 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 487,25 €), une indemnité de résidence (164,62 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 412,97 €). Cela représente 5 378,88 € net par mois.Indemnité représentative de frais de mandat : 6 209,1 € net par mois pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d’habillement…).Avantages : 7 203,8 € mis à disposition pour rémunérer ses collaborateurs, dotation micro-informatique, accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, forfait global de communications téléphoniques. Le président du Sénat jouit d’une indemnité propre de plus de 14 000 €.Cumul : possible. Un sénateur ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d’autres mandats électifs que dans la limite d’une fois et demie le montant brut de l’indemnité parlementaire de base, soit 8 230,88 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 743,63 € au titre de ses mandats locaux.Les Martiniquais gros élus mangeurs reçoivent 8230 euros mensuels. ils sont 7 comme les 7 mercenaires. Alors Pipine dégage .

  11. Victor HUGO

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Arrête ton délire ,Edouard ! laisse vivre le PPM. Va voir ce qui se passe au GRS, ou alors lit ce poème de Victor Hugo et tu donnes une réponse.Quelle est la fin de tout ?Quelle est la fin de tout ? la vie, ou bien la tombe ?Est-ce l’onde où l’on flotte ? est-ce l’ombre où l’on tombe ?De tant de pas croisés quel est le but lointain ?Le berceau contient-il l’homme ou bien le destin ?Sommes-nous ici-bas, dans nos maux, dans nos joies,Des rois prédestinés ou de fatales proies ?Ô Seigneur, dites-nous, dites-nous, ô Dieu fort,Si vous n’avez créé l’homme que pour le sort ?Si déjà le calvaire est caché dans la crèche ?Et si les nids soyeux, dorés par l’aube fraîche,Où la plume naissante éclôt parmi des fleurs,Sont faits pour les oiseaux ou pour les oiseleurs ?Victor HUGO (1802-1885)(Recueil : Les voix intérieures)

  12. Camille Chauvet

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    Laporte est le nom de celui qui met le texte en ligne.Et le texte est signé Par … x ou z .

  13. Pour Edouard et Camille.

    30 mai 2013 at 10 h 41 min

    C’est quoi la politique ?C’est l’histoire d’un petit garçon qui rentre chez lui après l’école et qui paraît bien embarrassé et demande à son papa :Papa, peux tu m’expliquer ce que c’est que la politique ?Pourquoi me demandes tu cela ? mon petit ?Parce que notre maîtresse souhaite que l’on rédige un texte sur la politique.Le père alors lui même embarrassé entame alors son explication :Tu vois, la politique c’est simple ; d’abord il y a le capitalisme. Le capitalisme c’est ton papa qui gagne de l’argent pour faire vivre toute la famille. Puis il y a le gouvernement. Le gouvernement c’est ta maman qui gère l’argent et toute la famille. Il y a aussi la classe ouvrière ; ça c’est la femme de ménage, notre bonne .Puis il y a le peuple qui revendique. Le peuple c’est toi lorsque tu demande quelque chose.Enfin il y a le futur et le futur c’est ton petit frère. Tu vois c’est simpleLe petit reste alors sans rien dire. Puis retourne dans sa chambre. Le soir alors que les étoiles filantes tutoient la lune, le petit garçon entend son frère gémir et décide de prévenir ses parents. Il se dirige vers la chambre de ses parents, entre et voit sa mère seule ronfler tranquillement dans son lit . Sans succès, il se dirige vers la chambre de la bonne où il entrevoit son père entrain de nettoyer le bas du dos de la femme de ménage. Le lendemain matin pendant le petit déjeuner le père demande à son fils :Alors mon grand, tu as compris ce qu’est la politique ?Ah oui alors ! En fait le capitalisme baise la classe ouvrière pendant que le gouvernement qui n’écoute pas les revendications du peuple, se fout éperdument de l’avenir !!!Alors questions à Edouard et Kmille : Au PPM qui est le capitalisme ? le gouvernement ? la classe ouvrière ? le petit Peuple ? l’avenir ? Imaginons Serge Larcher qui verse au PPM 40 000 euros /an est le capitalisme et le PPM la classe ouvrière … la direction du parti le gouvernement ,le peuple les militants et le futur le secrétaire général du PPM .Si ce n’est pas ça… alors corriger !

  14. L' Oeil de Trénelle

    30 mai 2013 at 10 h 42 min

    L’alliance PUMANO ( Pour Une MArtinique NOuvelle ) soutient deux politiques . Les PPM qui ne sont pas d’accord avec ce choix devraient avoir le courage de démissionner du Parti ou remettre leur bulletin de vote. Edouard Delépine est-il grand électeur ?Il fréquente quel balIsier au Robert ? paye -t-il une cotisation au PPM ? Sans le Marin et Sainte -Luce l’alliance aura deux sénateurs. Et il faudra tirer des conclusions sur cette attitude de refus des décisions du Parti pour 2014. Pour qui se prend RD !!! 18 ans de mandat et son balisier le propose . RD aurait dû déjà quitter la Mairie du Marin et il veut continuer comme sénateur . Au nom de l’OJAM sans doute ? Louis Crusol veut se représenter en 2014 et se faire battre par l’insignifiant prétentieux JPNILOR; Vraiment les gagas PPM restent solidaires. Nos trois gagas PPM Edouard ,Loulou et Roro sèment le désordre et les gagas RDMIM Alfred et Claude rigolent !!!. Vivement le vote du 25 septembre2011, car au fond les gagas PPM veulent de Lise au lieu de Larcher.En Avant camarades sans ces gagas …Demain il fera beau sur le chemin. Demain .L’Oeil de Trénelle.

  15. Jojo voltigeur

    30 mai 2013 at 10 h 42 min

    Toute l’énergie de Ti piquant n’aura servi à rien… C’est fini Edouard cache- toi et surtout ferme là après cette victoire écrasante de l’Alliance conduite par Serge Letchimy. Le défenseur des anciens esclavagistes qu tu es doit se taire. Toi le maître à penser de nombreuses générations, tu a fais le choix de la voie du reniement de tes idées en permanence . Au fait, pourquoi as-tu déserté le siège du PPM le lundi ? as-tu peur d’affronter les questions des jeunes militants progressistes « ignares » ? Ignare autant que le Secrétaire Général qu tu soutenais !!!! un peu de couilles viens dans l’espace démocratique de la citerne et ouvrons le débat, mais pas dans le colonnes du naïf ou de Politiques Publiques deux médias crypto -PPM .Je suis un PPM mais dire mon nom c’est ouvrir des polémiques.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

TRIBUNE LIBRE

A l’adresse de la Communauté Universitaire des Antilles Par Julie.MTKG

Published

on

By

Rédaction du Naïf : TRIBUNE LIBRE. Un collègue m’a transmis la semaine dernière un message de P. Verdol, secrétaire du CHS-CT, qui se terminait ainsi : « Par l’exercice solitaire et autocratique du pouvoir que vous exprimez au niveau du CHS-CT et plus généralement au sein de toutes les instances de l’UA, par la censure que vous avez introduite dans les espaces d’expression (TSE, TPA, …) de notre communauté, vous êtes sans doute – plus que vos prédécesseurs – dans la droite ligne de conduite qui a mené notre université à son délabrement actuel. Si vous en avez encore la ressource, dans les quelques temps qui vous séparent de la fin de votre mandature, je vous exhorte à vous ressaisir ».

Dame la présidente

Vous ne l’avez sans doute pas lu, car toutes les communications sont censurées par l’équipe de la Présidente depuis la mise en place par ses soins du dit « modérateur » sur les listes de diffusion. C’est ce que vient aussi de dénoncer le professeur J.A. Marti, dont l’annonce d’un séminaire scientifique a été bloqué la semaine dernière. C’est ce que dénoncent depuis deux ans les syndicats… L’Université présidée par l’équipe de C. Mencé-Caster erre bien loin de la dernière phrase du préambule de ses statuts qui annonce : « L’Université des Antilles proclame son attachement aux valeurs de respect, de tolérance et de dignité de la personne humaine ». Merci à Monsieur Verdol de dénoncer l’impensable au sein d’une université, mais que d’autres, qui représentent pourtant la communauté, tolèrent, et pire, cautionnent. Comment le collègue Verdol explique-t-il que les membres du CA – qualifiés de « castrés » par la Présidente – ne réagissent pas, alors que lui oui ?

Pendant ce temps, la Présidente, qui n’a pas le temps de recevoir ses collègues du CT (ni eux ni les autres) et qui passe son temps à nous annoncer qu’elle n’a pas le temps de s’occuper de l’Université en général, du fait de son rôle de gendarme – procureur – juge – avocat dans la fumeuse « affaire CEREGMIA », a trouvé un moment pour aller faire un show au Salon du livre de Paris.

Comme les moustiques, et autres engeances irritantes communes sous nos latitudes, notre Présidente est attirée par les lumières des plateaux de télévision, des galas et des salons. Caricature malgré elle de la figure de l’Arriviste, elle passe son temps à organiser sa communication personnelle, au détriment de ce qu’il reste de notre institution.
La Médiocratie galopante
N’arrivant à rassembler autour d’elle que des personnes médiocres de son acabit, elle s’affiche sur les blogs haineux de ses associés : essentiellement le Bondamanjak de Degras, le très vulgaire Montray de son bras droit Confiant, sans oublier les émissions du Prix Pulitzer de Martinique Première C. Marre. Pour mémoire, notre Corinne nationale vient de sortir un « très mauvais ouvrage sur le féminisme », que tous les éditeurs sérieux ont refusé en raison de sa médiocrité (références dépassées, victimisation permanente, etc.). Se retrouvant finalement publiée chez un illustre inconnu, probablement en autofinancement, notre grande mégalomane a été s’inviter sur le stand du Ministère de l’Outremer (qui lui est ouvert grâce à sa fonction) lors d’un déplacement de gala aux frais de l’université.
Ceci deux ans après s’être fait remettre un pseudo « prix » (le fameux « prix Gratien »), décerné par « l’Association des Amis de la Bibliothèque Universitaire » (!), grâce aux menaces violentes de son bras droit R. Confiant. Il ne vous aura pas échappé qu’aucun Prix Gratien n’a été attribué depuis son chef d’oeuvre (qui, par ailleurs, ressemble très très fortement à un manuscrit dont je vous reparlerai le moment venu)… J’ai honte pour mon pays. Cordialement

NDLR. Vraiment le Radeau de la méduse, cette ex-UAG décapitée par un couple maudit.Les sous/titres sont de la rédaction.

Continue Reading

TRIBUNE LIBRE

Michel Branchi, nouveau croisé de l’alliance. Texte du GRS

Published

on

By

Tribune libre. Dans un récent article consacré à la défense des nouveaux alliés « historiques » de lCollectivité Territoriale de Martinique (CTM), Michel Branchi, économiste très médiatique, membre du bureau politique du néo-PCM, mélenchoniste aux présidentielles de 2012, conseiller territorial gransanbliste aujourd’hui, fustige ceux qui veulent « se venger, accumuler les obstacles, les accusations mensongères » contre eux. Avec un art consommé de l’amalgame rappelant la pire époque stalinienne, il ajoute : « les trotskistes du GRS ne sont pas en reste par ailleurs ». On se doute bien, le qualificatif de « Trotskiste » glissé dans une d’une telle rhétorique n’est sûrement pas un compliment, surtout si l’on se rappelle que les ancêtres politiques de l’auteur exhortaient à fusiller ces « chiens enragés ».

On se précipite d’autant plus pour découvrir les obstacles, mensonges et autres vengeances dont nous serions coupables, sans nous en être jamais doutés.
Quel n’est notre soulagement d’apprendre que tout simplement, les « chevaliers du GRS,
donneurs de leçons de marxisme dogmatique », refusent de voir que la Martinique a changé depuis 1920… ». Diable ! Ainsi, notre prétendue cécité en regard des changements survenus depuis 1920 serait curieusement la raison de notre association aux « mensonges », « obstacles » et « vengeances », sévèrement dénoncés par un militant dont la clairvoyance politique est bien sûr une affaire entendue.

1920

1920 : Voudrait-il suggérer que lors de la création de Justice, il existait des fraudeurs, des pwofiteurs et autres assassins qui auraient aujourd’hui mystérieusement disparu ? Idée bien insolite ; mais passons.En dépit de la surprise, nous voilà tout de même rassuré-e-s ! La Martinique a changé depuis 1920 nous apprend Branchi. Quitte à contredire l’archange de l’alliance, on s’en doutait quelque peu…
Mais chose bien certaine, son parti communiste a changé bien plus radicalement que le pays ! Hier il avait dans ses rangs un André Aliker, gérant du journal « Justice », mettant en péril sa vie pour ses idées communistes et la liberté de la presse. En l’occurrence, pour révéler dans ses colonnes les turpitudes du grand capital fraudant sur ses impôts. Ironie du destin, il doit aujourd’hui se contenter d’un rédacteur en chef du même journal, dont la nouvelle croisade consiste au contraire à défendre l’alliance Capital/Travail, fièrement agrippé à l’attelage des mêmes pwofiteurs.

Reniant avec quelque état d’âme on espère son illustre prédécesseur, Michel Branchi s’érige en mousquetaire agressif d’un PDG ayant défrayé la chronique en raison de l’importance de ses ardoises fiscales, sociales et régionales. Sacré changement en effet.Hier, la Martinique avait un PC qui, même avec un certain « dogmatisme » administrait bravement des leçons de marxisme à la cantonade, en déployant bien haut son drapeau rouge et citant à tout va le Manifeste dans les usines, les champs et les mornes. Aujourd’hui, elle aun PC qui ne veut surtout pas prendre les leçons de marxisme qu’il mérite, mais en revanche semble prendre très au sérieux sa nouvelle mission de protecteur d’une insolite alliance face à la gauche.
La Martinique … est aujourd’hui en danger dans l’existence même de sa société », ajoute Branchi. Une dramatique révélation destinée à justifier le lamentable combat des places, à peine camouflé derrière un soudain état d’urgence patrouillotique. D’ailleurs, Michel avait déjà spontanément donné le ton en répondant à un journaliste qui lui demandait ce qui, du pouvoir ou de l’idéologie lui importait le plus : « Le pouvoir ! », avait-il martelé, avec la détermination farouche des nouveaux convertis. Comme s’il cherchait à se convaincre lui-même.

Pour conjurer le mortel danger menaçant le pays et assurer son redressement, leur union sacrée n’est pas à rechercher dans une alliance des travailleurs et des anticolonialistes. Elle serait, selon les apprentis sorciers du Gran Sanblé, dans un nouveau moratoire encore plus affligeant que l’original, puisque constituant la condition et le fondement de leur alliance avec une bourgeoisie colonialiste dont Yan Monplaisir est l’incontestable stratège de l’heure.

gransanblistes de la patrie

Toute honte bue, les irritables sauveurs gransanblistes de la patrie en péril imminent s’interdisent d’aborder la question coloniale. Bien au contraire, leur sauveur de la droite entrepreneuriale ne s’interdit rien. Et concernant la question sociale sur laquelle le moratoire n’est même pas évoqué tant il va de soi, ils ne surprendront personne en tirant les conséquences logiques de leur subordination intéressée à une classe hostile à « l’assistanat » pour les démunis, mais elle-même assoiffée d’aides publiques. Qu’on nous pardonne d’être dogmatiquement convaincus que le sauvetage de la Martinique menacée passe définitivement loin des sentiers escarpés du reniement.

Fort-de-France le 9 février 2016
Philippe Pierre-Charles
Max Rustal

NDLR /MICHEL BRANCHI DANS LE LIVRE NOIR DU COMMUNISME Par Camille CHAUVET
Michel Branchi au crépuscule de sa vie militante nous permet de mieux comprendre le succès du « Livre noir du communisme ». Crimes, terreur, répression, et trahison aussi un bilan des victimes des régimes communistes. Heureusement que la génération de communistes comme Georges le Erichot surnommé « crocodile » et Michel Branchi existent par leur opposition au PPM et ne seront jamais au pouvoir.
Entre crimes, terreur, répression et trahison, Michel Branchi choisit la trahison et c’est son choix. Mais d’autres militants n’ont pas supporté cette attitude et le démasquent. Mais à son âge la fin justifie les moyens. Vraiment nous comprenons peut-être pourquoi Yann Monplaisir était si bien protégé… En tout cas,le risque pas d’être Alikérisé n’est pas pour Sensei Michel et c’est tant mieux pour lui,car au fond a-t-il jamais été communiste ?

Continue Reading

TRIBUNE LIBRE

Le Perroquet vert de la mauvaise conscience d’Alfred Marie-Jeanne Par Jacques dit le GAGA

Published

on

By

Rédaction du Naïf : TRIBUNE LIBRE : L’affaire « Green Parrot », est très mal traitée en droit et en temps…et les bulles qui remontent montrent bien qu’il y des gens qui risquent la noyade, et les allées et venues dans les couloirs du pouvoir socialistes montrent bien que l’on a peur. Aux couches pipi faudrait ajouter des couches caca !De quoi s agit il en ce moment ? Après avoir lui même porté plainte, alors que concerné a la marge et par rebond dans ce dossier Monsieur le Député Alfred Marie-Jeanne, crie et vocifère au scandale et au complot. Le parquet et les juges ayant fait le minimum syndicale en matière de traitement des délits constatés et c’est lui qui hurle, lui grand demandeur de l’exercice de la Justice pour le Céregmia.

Non content déjà, d’avoir menacé et d’ avoir tenté de récuser les juges de première instance en matière connexe du procès en diffamation contre 2 citoyens, dont on se demande comment ils ont été choisi au regard du nombre d’ internautes qui ont eu en main un article au combien intéressant sur la vraie nature des modes de passation de marchés publics et de l’égalité de traitement concernant la reconstruction d’ un établissement scolaire pour l’Etat Dominiquais où étaient mélangés étrangement le Député Président de Région Alfred, sa fille Maguy chef de service de la coopération régionale et son concubin architecte, consul de la Dominique et entrepreneur .
Les deux citoyens épinglés s’étonnaient publiquement que malgré la publicité tapageuse d’un texte dénonciateur précis du 19 juin 2009 aucune poursuite du parquet ou enquête préliminaire ne soient diligenté, on apprendra même par la suite que deux lettres anonymes étaient déjà entre les mains de la Justice étrangement muette.

DELIT DE FAVORITISME

Dans cette affaire on apprend que le Code Pénal lu en français ou en créole dit clairement que nous sommes dans un délit de favoritisme puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende si ce délit est le fait par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou investie d’un mandat électif public ou exerçant les fonctions de représentant, administrateur ou agent de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des sociétés d’économie mixte d’intérêt national chargées d’une mission de service public et des sociétés d’économie mixte locales ou par toute personne agissant pour le compte de l’une de celles susmentionnées de procurer ou de tenter de procurer à autrui un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir la liberté d’accès et l’égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public.

AVEUX D’AUDIENCE DE MAGUY

Alors que les aveux d’audience de Madame Maguy Marie-Jeanne semblent entériner et confirmer, en quasi totalité ce que la Lettre de Green Parrot évoque , la Cour de Cassation s’est déjà cru obligée de réformer l’Arrêt de la Cour d’Appel rappelant que les juges avaient « obligation » de motiver leurs décisions. Déjà un nouveau pourvoi est en cours sans hurlements, car loin de la Martinique.La Justice de la République va-t-elle se soumettre aux gesticulations d’un indépendantiste qui se dit Président des Martiniquais ou donner l’exemple que les lois de la République s’appliquent aussi en Martinique ? Tous les regards sont tournés vers ces hommes qui doivent dirent le droits en espérant que l’indépendance et l’impartialité constituent –encore- les deux principes fondamentaux de tout système judiciaire : ils viennent garantir aux justiciables que l’acte de juger sera seulement déterminé par les arguments du débat judiciaire, en dehors de toute pression ou de tout préjugé.

L’AFFAIRE SERA RENVOYEE AU MOIS DE JUIN OU D’OCTOBRE 2016

Les procureurs répètent à l’envie que l’indépendance de l’autorité judiciaire est consacrée par la Constitution de la Ve République. Elle résulte non seulement de la séparation des pouvoirs, mais encore des garanties statutaires qui mettent les magistrats à l’abri des pressions ou menaces qui pourraient peser sur leur faculté de juger.
Oui, à l’abri des pressions ou menaces qui pourraient peser sur leur faculté de juger. Les magistrats n’écoutent pas RLDM.
Et enfin l’impartialité, dont l’importance est notamment consacrée par la Convention européenne des droits de l’homme, désigne l’absence de préjugés qui doit caractériser le juge. En ce sens, l’indépendance concerne plutôt les rapports du juge avec les autres pouvoirs et constitue une condition (nécessaire mais pas suffisante) de son impartialité dans ses rapports avec les justiciables. Sans doute le pouvoir politique. Attendons donc le renvoi du 2 mars 2016 au mois de Juin 2016 ou Octobre 2016.
Il faudra bien passer devant la Justice de notre République française.

Continue Reading

Populaire

Copyright © 2017 La Naïf.